Voyages voyages

Hello ma Cacahuète !
As-tu réussi à sortir de ta coquille et à te transformer en guerrière qui abat tous les obstacles ?
Pas si simple ! Et pourtant, on a toutes en nous la force d’y arriver.

Cette semaine je voulais te parler de quelque chose de tout aussi formateur parait-il : les voyages et les rêves !
Mais avant de partir dans une douce nuit étoilée couronnée de beaux rêves, abordons déjà les fameux voyages scolaires…

Amnésie post-traumatique

Il y a quelques jours, j’ai assisté à la réunion de préparation du voyage en Toscane de Louloulou l’ado.
Tu crois que si je me fais vraiment toute petite je pourrais me glisser dans sa valise et partir avec elle ?
Non, je ne veux pas la surveiller ! Je le fais déjà à longueur d’année, merci, j’ai aussi droit à des vacances !
Par contre, je veux bien visiter Florence, la Tour de Pise et autres beautés de la Toscane !!

Florence Toscane

T’a-t-il été donné lorsque tu étais au collège d’effectuer un de ces fameux « échanges scolaires ».
Moi, j’en garde un souvenir assez flou, pour ne pas dire aucun souvenir.

Où je suis partie ? Et bien, j’ai eu la chance folle de partir 2 années de suite en Allemagne.
Alors oui, dis comme ça, tu pourrais croire que je n’aime pas ce pays.
Que nenni !
Ce sont plutôt les tartines de pâté au camembert que le père de ma correspondante trempait tous les matins dans son café qui ont eu tendance à me dégoûter des goûts culinaires des allemands…

Beurk !

Ne me demande pas ce que j’ai visiter, mis à part le centre commercial de Francfort et les soirées arrosées de nos corres’ qui descendaient des mini bouteilles d’alcool de prune tous les soirs, je ne me souviens de rien.
Et non, ce n’est pas dû à un coma éthylique ! J’étais sage et naïve à l’époque.

Il faut dire que pour moi l’apprentissage de l’allemand tenait plus de la torture façon Papa Schultz « Nous avons les moyens de vous faire parler » (avec l’accent bien sûr) une lampe braquée dans le visage, que du plaisir linguistique de découvrir une autre culture…

Mais revenons-en à Miss l’Ado en Folie !
Me voilà donc assise dans la salle de classe d’Italien, avec d’autres parents (dont une certaine Bahia !) et un groupuscule d’élèves.

La réunion commence gentiment par les présentations des différents papiers à remplir/fournir, et ils sont nombreux !
Puis celle des accompagnateurs du collège qui ont la gentillesse d’abandonner leur famille une semaine entière pour encadrer nos enfants débordants d’énergie.
Là déjà, le ton change, on sent les années d’expérience de voyages en car, bruyants, nerveusement difficile pour les profs et les accompagnateurs…
Mais la « professoressa » reste stoïque et continue avec le programme du voyage.

En le lisant, beaucoup de parents ont la même réaction que moi, à savoir, vouloir partir avec eux, mais limite sans les enfants.
Bref !

Visite de tel musée ou tel site, et là, le drame ! Voilà que la prof d’Italien commence à se changer en une espèce d’Elie Kakou dans son sketch sur « le professeur »  lorsqu’il lance un « Chandernagor » désespéré et à bout de nerfs.

« Je ne suis pas dame pipi ! Les élèves doivent aller aux toilettes quand on le leur dit, sinon je vais passer mon séjour dans les cafés à boire des espresso trop serrés parce qu’il y en aura toujours un qui aura besoin d’aller aux toilettes et qu’il faudra l’accompagner ! »

Un fou rire intérieur s’empare de moi lorsque j’imagine la scène, mais je reste de marbre.

« J’ai autre chose à gérer que des élèves perturbateurs, et il y en a quelques-uns cette année, alors au moindre faux pas, je les emmène chez les carabiniers et vous viendrez les chercher à vos frais ! »

Regards perdus de certains parents, sourires de compassion pour d’autres et même rires d’un petit nombre d’entre nous.
Ça sentait le vécut cette histoire ! Et pourtant, non, elle nous rassure en nous disant que ce n’est jamais arrivé et que ça ne devait JAMAIS arriver !
OK, on est prévenu !
Les profs de collège auraient-ils les mêmes difficultés que nous avec nos ados ?

À la recherche de l’arche perdue

Je suis pourtant certaine qu’au début de sa carrière, cette prof avait la flamme sacrée en elle, celle qui lui faisait aimer son métier et la transmission de son savoir.
Même si aujourd’hui elle a encore une énergie incroyable, on sent que certains de ses rêves se sont peut-être bien envolés avec les années.
Sans doute aidé par les caractères pas toujours évidents de nos ados !

Mais alors, que deviennent nos rêves de jeunesse lorsqu’on avance dans la vie ?
Pourquoi les met-on de côté aussi facilement ?

La particularité des enfants est d’avoir cette capacité de rêver en permanence, d’avoir une imagination si débordante, que la réalité est teintée de leurs personnages imaginaires et de leurs rêves.
C’est d’ailleurs ce qui nous fait du bien aussi parfois, à nous adulte, de retomber en enfance quelques instants et de se laisser aller à imaginer d’autres choses.

Bien sûr, certains rêves sont plus de l’ordre du fantasme, et la loterie ne nous permet que très rarement de les réaliser, mais pour autant, il faut une part de rêve en nous pour avancer.

Pourrait-on aujourd’hui admirer les sarcophages égyptiens si quelques archéologues n’avaient pas fait ce rêve fou de partir à la conquête de l’Égypte ancienne ?
Et tous les films de momies qui en ont découlé n’existeraient pas non plus ! Pour le plus grand bonheur de ceux pour qui ça a tourné en cauchemar !

Nos nuits n’auraient d’ailleurs pas la même couleur si Saint-Exupéry ne nous avait pas offert son propre rêve en écrivant le Petit Prince.

Et si nous aussi, on se prenait à rêver à nouveau ?

Pas un rêve extraordinaire digne des mille et une nuits, qui disparaîtrait tel le mirage d’Aladdin au moindre changement dans notre vie, mais plutôt un rêve abordable !
Un rêve qui nous permette d’avancer, d’aller toujours un peu plus loin.
Comme la projection d’un but à atteindre.
Quelque chose auquel se raccrocher pour en faire un objectif de vie.

Et si en plus on le teintait d’une pointe d’optimisme pour en faire une véritable philosophie de vie ?

Ce n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît : quelle est LA chose à laquelle tu tiens plus que tout ? Quel est TON but à atteindre à moyen ou long terme ? Qu’est-ce que tu voudrais absolument changer dans ta vie aujourd’hui ?

En gros, qu’est-ce qui ferait ton bonheur ?

Et bien voilà, il est là ce rêve grandeur nature que tu as le droit de t’autoriser à faire !
J’imagine bien qu’il est peut-être difficile d’oser y croire, mais il faut procéder par étape, prendre les choses les unes après les autres et avancer doucement vers ce but.

Il faut laisser l’énergie positive qui s’en dégage monter en toi et venir alimenter ta lumière intérieure, celle qui te fait être heureuse et épanouie.

Je ne te dis pas que ce sera facile tous les jours, mais si tu gardes en toi cet objectif et l’énergie qu’il te procure, tu pourras l’atteindre.
Dans tous les cas, garde à l’esprit que le plus important est de ne jamais arrêter de rêver !

Une réponse sur “Voyages voyages”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *