Triple loots piqué

Hello ma Cacahuète !
Je vais commencer comme il se doit en te présentant tous mes vœux de bonheur et de sérénité pour cette année qui commence.
Il est traditionnel de souhaiter avant tout la santé, c’est une évidence, mais j’y ajouterais la réussite de tes projets et de beaux moments de vie qui fassent briller un peu plus fort ta lumière intérieure.
Parce que nous sommes les artisans de notre propre bonheur.

Un arc en ciel de douleur

Oui oui, tu as bien lu ma Cacahuète.
Alors je te rassure tout de suite : les pépites vont bien ! Elles…
Par contre si la blonde au fond pouvait arrêter de rire, ça m’aiderait à raconter mon histoire. 

Je ne sais pas si tu souviens, mais il y a un peu plus d’un an, j’avais déjà essayé les figures acrobatiques sur sol mouillé.
C’était sans compter sur Karma qui m’avait remis dans le droit chemin instantanément.

Et bien le week-end dernier, j’ai voulu réitérer l’expérience, sans moquerie préalable.
Karma pouvait rester tranquille, à finir de siroter son mojito d’hiver.
Me voilà donc toute aussi bien équipée que lors de la bataille sur glace Tigres vs Licornes.

À la différence près que cette fois-ci, nous ne serons que 2 sur la glace.
Pas de Pépites à surveiller, pas d’horaires à respecter, juste 2 Cacahuètes en folie qui ont chaussé leurs patins pour le simple plaisir de la glisse.

‘Za et moi devions aller danser la veille au soir, mais un état de fatigue avancé avait eu raison de nous. Enfin surtout de moi, je dois l’avouer.
Il y avait comme une frustration de ne pas avoir pu danser.
C’était sans compter sur l’équipe de la patinoire qui nous a entendu et a transformé la glace en véritable dancefloor.
Trooooop bien !
Nous enchaînons les flips, les arabesques et autres pirouettes en tout genre au rythme de la musique.

Si si ! Je t’assure !
Nous étions féériques !
Nous virevoltions et volions…
En tout cas dans nos têtes, nous volions.
Sauf que pour ma part, ça n’a pas été que dans ma tête !
J’ai réellement volé…. vol plané même !

Atterrissage sur un genou !

Mais elle va arrêter de rire à la fin ???
Non mais oh !
C’est pas drôle !!!

Quoi mes cheveux ?
Ils sont passés par dessus ma tête au ralenti… oui, et ?
C’était trop drôle…. Pppfffff !
Tu parles d’une amie !

Tu sais le pire dans tout ça ?
C’est que 4 jours après, elle en rit encore ! 

Et un mojito sur glace, un !

Et sinon, pour une radio, ça se passe comment ?
Je te rassure, je ne me suis rien cassé, pas même mon amour propre.
C’est le jeu après tout quand on devient championne olympique de danse sur glace
Si si ! De danse couchée sur la glace… et pas pilée celle-là !

D’ailleurs j’y retourne sous peu, avec des Pépites en tout genre !
Je vais peut être jouer la Cacahuète au grand coeur qui se propose de pousser la plus petite des Pépites du jour, sur le siège spécial pour apprendre à patiner.
Histoire d’être sûre de ne pas chuter à nouveau.
Parce que pour le coup, mes Pépites seront beaucoup moins fairplay que ‘Za…

N’empêche, il faudrait qu’on soit équipé de caméras intégrées qui nous permettraient de capturer ces moments !
Pouvoir revivre ces instants de magie et ces fou-rires si précieux.
C’est une réflexion que je me fais souvent en regardant un paysage que j’aimerais pouvoir prendre en photos de façon instantanée.

STOOOOP !!
J’entends un de mes Cocohuets me rappeler à l’ordre.
Pourquoi ? Parce que ce scénario a déjà été écrit dans l’esprit plus que tordu des auteurs de Black Mirror.
Sauf qu’avec eux, l’histoire ne finit pas bien…

Mais je préfère en rester à mon mode idéaliste et sans abus en tout genre !

Tu imagines si on pouvait photographier ce que l’on voit ?
Les formes dans les nuages, un instant bien précis de la journée qui ne durera pas assez longtemps pour avoir le temps de sortir un appareil photo, cette micro-seconde fugace que tu n’aurais pas pu capturer autrement que par ton regard…

J’avoue que cette idée vient renforcer mon envie de me créer des bulles de bonheur à moi, dans lesquelles replonger avec plaisir.
Un peu comme certains parfums nous marquent.
Et lorsqu’on les recroise au hasard d’une rencontre, ils nous propulsent instantanément dans un souvenir qui nous enveloppe.
Et pourtant, nous ne pourrons jamais imprégner le moindre tissu de cette mémoire olfactive.

Capturer ces instants de bonheur emplis de rires et de larmes, du moins de la petite larme qui va couler du coin de ton oeil et que tu vas cacher au reste du monde en prétextant une poussière.
Si on pouvait représenter notre univers invisible, il ressemblerait à un matin d’été où on prend le temps de souffler des bulles de savon.
Chacune représentant un moment de vie.

Libre à toi de les percer pour t’en imprégner à nouveau ou de les laisser libres de monter au plus près du soleil, pour qu’elles en dispersent les rayons en mille éclats colorés.

À consommer sans modération

Mais dans tous les cas, c’est vers ces moments que tu te tourneras pour venir te ressourcer.

Je te parle très souvent des bulles de bonheur.
Et bien ma Cacahuète, on est en plein dedans !
Et l’image des bulles de savon ne peut pas être plus parlante.

Il ne faut jamais cesser d’en créer de nouvelles, chaque jour.
Tout comme il faut savoir finir chaque journée en en tirant un élément positif , il faut savoir emmagasiner plein de petits bouts de bonheur pour remplir ces bulles.

La vie est un merveilleux cadeau que l’on vient trop souvent se gâcher soi-même en se laissant polluer l’esprit par des éléments qui ne sont pas vitaux.
Alors que si on remet chaque chose à sa place, si on accepte que nous ne pouvons pas tout contrôler et qu’il nous faut lâcher prise pour ne pas perdre inutilement notre énergie si précieuse, notre vie sera éclairée par une lumière nouvelle, la nôtre.

Et ces moments de bonheur pur n’en seront que plus bénéfiques car nous pourrons les revivre non pas pour se remettre du baume au coeur, mais juste pour les savourer avec la même intensité avec laquelle qu’ils ont été vécus au départ.
Un peu comme la douleur d’une absence laisse place parfois à une certaine nostalgie teintée d’amour.

C’est ce qui fait la différence entre les Cacahuètes qui rayonnent malgré tout ce que la vie peut leur mettre sur leur route, et ceux qui ne vont au bout de rien et qui reportent sans cesse la faute sur les autres.
Il est plus facile d’accabler autrui pour ce qui nous arrive que de se convaincre que nous sommes les seuls maîtres à bord de nos vies, et qu’il revient à nous seul de choisir si on part du côté des ombres ou de la lumière.

Moi j’ai choisi de changer pour me tourner vers cet astre qui éblouit ma vie depuis le début, mais dont je cachais les bienfaits avec mes propres peurs, mes propres ombres.
Et tu sais quoi ? On est beaucoup plus heureux du côté du soleil !

Et d’ailleurs, j’ai pu constater que toutes les dernières personnes entrées dans ma vie sont aussi de ce clan.
Comme quoi il n’y a pas de hasard dans nos rencontres et on attire bien ce vers quoi on tend.

Alors ma Cacahuète, de quel côté souffleras-tu ?
En tout cas, si tu es prête à faire le plein de petites bulles aux couleurs de l’arc en ciel, sache qu’il y aura toujours une place pour toi dans ma Team Cacahuète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *