Telle la boussole d’or

Hello ma Cacahuète !
Ça y est, le compte à rebours est lancé, les enfants ne sont plus du tout sous contrôle, la dinde a commencé à brûler dans le four et grand-maman a coupé le sonotone pour ne pas entendre les notifications incessantes de la nouvelle génération trop ultra connectée !
Bref, c’est bientôt Noël !
Et tu sais quoi ? J’adore ça !

Aïe aïe aïe ! Ouille ! Aïe aïe aïe !

Mais avant d’en être à ouvrir les cadeaux et se jeter sur les parties non brûlées de la dinde et son lit de marrons glacés, si si cette année ça ira ensemble, je vais quand même essayer de profiter de mes pépites, qui sont particulièrement calmes en ce moment…
Je crains le pire une fois les emballages de cadeaux déchirés.

Je ne te dis pas non plus que la maison est calme et silencieuse, ce sont les Pépites en face, faut pas rêver non plus.
Mais pour une avant-veille de Noël, je m’en sors plutôt bien.
Tant que je n’ouvre pas leurs portes de chambre !

Non, non, inutile de te narrer l’univers chaotique qui y règne, on a tous été des pré-ados sûrs de nous et de notre rangement à la « pose moi là comme je te jette ».
Bon, sauf moi, évidemment, petite Cacahuète très sage qui n’a jamais renversé un pot de colle sur la moquette ni laissé traîner des punaises par terre le jour où mon Arachide maternelle faisait le ménage…
Non ! Très sage….

Là tout de suite je vais aller me cacher un moment le temps que la douleur du souvenir s’efface du pied de mon Arachide.
Tu crois que des excuses et des bisous avec 30 ans d’arriérés suffiront à me faire pardonner ?
Sinon je m’armerai de mon plus beau sourire et de bons sachets de thé….

De mon côté, pas trop de mines dissimulées ici ou là.
Les Pépites sont plutôt pacifistes.
Mes orteils les en remercient !
En même temps, si j’en crois la Belle R., les orteils n’ont pas besoin de punaise ou de Lego® pour se faire rappeler à l’ordre, un angle de lit suffit.
Pour elle qui remet des couleurs dans sa vie, toute la palette de bleu et jaune associés par laquelle elle passe en ce moment lui donne le ton arc-en-ciel de ses journées.

Je crois que je vais retourner un moment dans ma cachette…
Tu me préviens quand elles auront arrêté de me chercher pour se venger stp ?
En attendant, je vais savourer quelques chocolats de Noël sans que les Pépites me voient.
Non ce ne sont pas les leurs, mais bien des cadeaux que j’ai reçus et qui ont commencé à disparaître comme par magie, sans même qu’on s’approche de la boîte.

Sans doute un coup de Cépamoi, tu sais la petite sœur facétieuse dont je te parlais dans un précédent article.
Elle a tendance à beaucoup revenir en ce moment !
Il me semblait pourtant bien l’avoir ramenée aux frontières du réel…
Mais bon, passons, je réussirai bien à la capturer pour de bon un de ces jours.
Ce sera sans doute une nouvelle occasion de te narrer mes aventures.

May the force be with us !

Je vais profiter d’être bien à l’abri dans ma cachette pour te parler un peu plus de certaines personnes qui sont là dans l’ombre de nos vies.
Et encore que dans l’ombre, après les avoir insérés dans mon tableau de vie la semaine dernière, certains sont beaucoup plus en couleur qu’auparavant.

Tu ne t’aies jamais fait la réflexion que nous ne croisons pas les gens par hasard ?
Si certains ne font que passer, à la façon d’un « Touch & Go », laissant malgré tout leur marque dans notre vie, d’autres ne devant y entrer que pour quelques heures y restent finalement beaucoup plus longtemps, devenant même des êtres essentiels à notre équilibre.

Cette croisée des chemins n’est pas aléatoire.
Si dès le départ nous sommes alignées avec nous-même, il y aura peu de remous et de changements d’environnement.
Un peu comme une vie de repos.

Mais si nous sommes dans un réalignement complet et nécessaire pour nous recentrer sur ce qu’on est profondément, il y aura alors des tempêtes et des tumultes dont on ne comprendra pas toujours les tenants ni les aboutissants.
Du moins, jusqu’à ce qu’on assimile enfin la leçon qui y était associée.

Et ce sera comme ça tout au long de ton évolution ma Cacahuète !

Ton chemin sera parsemé de personnes qui te sembleront des plus sombres mais qui disparaîtront d’un coup de baguette magique dès que tu auras compris le message qu’elles auront à te transmettre sur toi-même.
Et qui bien souvent, ne sont que le reflet de nos plus grandes peurs et de ce que nous avons à régler avec nous-même.

Et à côté de ça, il y a des êtres qui sont comme une évidence.
Un peu comme si en les découvrant, on avait l’impression de juste les retrouver après une longue période sans s’être vus.
Réminiscence d’une vie antérieure ? Anciennes âmes sœurs ?
Toujours est-il que les cœurs se reconnaissent.

Alors, même si dans cette vie ils prennent le nom de Cacahuète, Pistache ou Cocohuets, on sait que notre histoire ne fait que (re)commencer.
On sait que c’est auprès d’elles et eux qu’on peut venir se ressourcer.
Et l’inverse est valable aussi !
Toi ma Cacahuète, tu as autant à leur offrir.

Ce sont d’ailleurs avec eux qu’on passe les meilleurs moments, qu’on a les plus gros fou rires et aussi les plus belles histoires.
Et je ne parle pas des cocktails verdâtres consommés sans beaucoup de modération.

Avant que tu ne commences à me cuisiner pour savoir de quelles « belles histoires » je te parle, parce que je te connais ma Cacahuète !, je tiens à préciser que tu ne sauras rien !
T’es frustrée hein !
Non pas que je ne veuille pas m’étaler sur ma vie, sinon ce blog n’aurait pas de raison d’être, mais parce que je te parle de ces relations qui entrent dans cette transmission de bonnes ondes, de partages d’émotions et de soutien mutuel au moment où tu en as le plus besoin.

Je te parle de ce sentiment que tu partages avec d’autres sans qu’il n’y ait rien d’ambigu pour autant.
C’est un peu un Leitmotiv chez moi, mais je te parle de cet Amour Universel qui se vit et se transmet, et qui fait avancer le monde dans le bon sens.
En tout cas, le mien de monde, s’en nourrit.

Alors si toi aussi ma Cacahuète, tu as dans ton entourage proche, de ces êtres qui sont des évidences, pose-toi un moment pour les remercier pour tout ce qu’ils t’apportent.
On ne prend pas assez le temps de dire aux autres qu’on les aime.

De mon côté, je vais essayer de ressortir de ma cachette, et dire à mon Arachide à quel point je suis désolée.
Pour la Belle R., malheureusement je ne peux rien faire de plus, si ce n’est offrir un peu de douceur en partageant mes chocolats avant que la réserve n’ait totalement fondu… Oups !

2 réponses sur “Telle la boussole d’or”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *