Oh les vilaines !

Bonjour mes cacahuètes et mes coconuts !

Tout va bien dans vos vies ? Cool !

Portail trans-dimensionnel

Pour la 2ème année consécutive, j’ai la chance de pouvoir aller chercher mes pépites à la sortie de l’école à 16h30.
Chose qui m’était impossible lorsque je travaillais à R-City.

C’est un monde très particulier les sorties d’écoles, avec une véritable géopolitique en mouvance permanente.

Entre les nounous amies-ennemies, les membres du sou des écoles politico-non politiques et autres voisins qui ne s’apprécient qu’en fonction du sens du vent et de chez qui arrive la fumée du barbecue…
Pas toujours évident à suivre tout ça !

Mais pour moi, dont la curiosité alimente ma créativité (il n’y a qu’à voir ce blog), c’est une véritable source d’inspiration. J’aime observer tout ce petit monde qui s’agite autour de moi.

Je me tiens souvent en retrait au fond du parking pour attendre mes pépites, loin des tumultes des parents des plus petits qui angoissent de ne pas être vus par leurs enfants.
C’est d’ailleurs assez drôle à voir.

J’ai la chance d’avoir des pépites pré-collégiennes et de pouvoir les attendre au loin.
Souvent autour de moi, je peux constater qu’il y a d’autres cacahuètes et surtout des coconuts qui restent à l’écart eux aussi.
Sans doute apeurés par la foule agglutinée au portail.

À moins que ce ne soit à cause de la faille spatio-temporelle qui existe à l’approche de ce fameux portail.

Tu ne vois pas de quoi je te parle ?
Alors je te raconte : cette semaine, j’ai par deux fois retrouvé des noisettes devant l’école.

Histoire d’occuper les 10 à 15 minutes qui séparent la sonnerie de fin de journée de la sortie réelle des élèves, on parle de tout et de rien, de nos enfants, de la maîtresse qui les prépare à sa façon à l’entrée au collège…

Et là ! le drame : quelqu’un passe dans notre champ de vision et d’un coup notre conversion bon enfant vire en un pamphlet diabolique, et de simples cacahuètes wondermaman, on devient des vampes à langue de vipère.

Certains auront d’ailleurs été habillés pour l’hiver, le printemps et même l’automne pour les 15 prochains siècles !
Et leur voiture tuning de kéké avec !

La facilité avec laquelle on cède à cette tentation est déconcertante.

Que peut-il bien se passer en ce lieu à cette heure très précise pour que d’un coup les plus douces des femmes deviennent de vraies dragonnes ?
Se peut-il que les 12 lunes soient si souvent mal alignées ?

Et le pire, c’est que ce dysfonctionnement ne dure généralement qu’une dizaine de minutes.
Passé ce délai, chacune reprend forme humaine et retrouve sa douceur habituelle (j’interdis à tous les Ours de rire en lisant cette dernière phrase !)

Certes, il y a un côté plaisant à être médisante, mais en général Karma me réserve un retour de bâton assez douloureux lorsque je me prête à ce genre d’activité.

Comment expliquer ce phénomène paranormal ?

Y aurait-il pour chaque école, parce soyons honnêtes, ce phénomène se produit devant TOUTES les écoles, donc, y aurait-il une sorcière qui aurait jeté un sortilège au petit bout de trottoir où se regroupent tous les jours les plus parfaits des parents ?

A moins que ce ne soit ces perfections égocentriques qui s’entrechoquent et bousculent les auras de chacun, créant un mélange explosif, dont les ondes atteignent les plus calmes des parents.

Cocotte-minute

A moins que tout cela ne relève plus de l’exutoire parfois nécessaire dans nos vies.

Ces moments où il faut relâcher la pression pour ne pas partir en vrille tel un ballon de baudruche qui échappe à celui qui le tient, et qui part trop vite dans tous les sens, sans but précis si ce n’est celui de s’écraser lamentablement au sol une fois vidé.

N’as-tu jamais vécut des fous rires incontrôlables ? Souvent accompagnés de larmes abondantes.
Des moments à en avoir mal au ventre tellement tu ris.
J’ai souvenir d’en avoir eu pendant des cours d’allemand, avec une copine, à ne pas pouvoir nous arrêter.
Mais pour le coup, c’était le double effet Kiss Cool© de l’allemand.

D’ailleurs, qui a eu l’idée d’inventer une pareille langue ? Et surtout, qui s’est un jour dit que ce serait une bonne idée de la faire apprendre à de pauvres collégiens qui n’y arrivent déjà pas avec l’anglais ?
Mais je m’éloigne de notre sujet, pardon !

Dans nos vies d’adultes, on a rarement l’occasion de relâcher la pression.
Les soirées avec les amis ou la famille sont sympas et nécessaires, mais il y a comme une obligation à être dans la retenue, à n’avoir que des conversations plus intelligentes, plus profondes, plus adultes quoi.
Ça ne se fait pas d’arriver à un repas de famille en pyjama en déclamant que « ce soir c’est à la cool ».

Remarque ce serait drôle !

Imagine pouvoir retomber en enfance le temps d’une soirée, rire de tout et de rien, jouer à des jeux ridicules sans aucune honte !
Être parent a cet avantage, que côté jeu, on peut à nouveau se traîner par terre en poussant une petite voiture et en faisant « vroum vroum » sans subir de moquerie !
Enfin sauf si tu es seul à le faire parce que ton enfant a 16 ans…

Les soirées entre copines ont cet effet bénéfique sur nous.
J’ai un temps été VDI pour des « jouets pour le couple » (oui Miss Cacahuète a une vie secrète ! Peut être que je t’en parlerai si tu es sage !).
Animer de telles réunions m’a permis de constater que, déjà les filles se lâchent bien plus entre elles qu’avec leurs conjoints, mais aussi, qu’aborder certains sujets sur le mode drôle et soft amenait à des situations cocasses et surtout à des fous rires qui reboostent les plus léthargiques des invitées, tellement ils sont communicatifs.

On est loin des soirées pyjamas de trentenaires qu’on nous vend dans Friends et autres sitcoms qui nous font prendre des vies de rêves, où les problèmes se règlent en 40 min à coup de parts de pizza et de café géants sur un canapé, pour la vie réelle.

Non, ces vrais instants passés ensemble, ces moments de partage sont précieux.

Ils nous permettent, durant quelques heures, de poser notre armure, de redevenir une midinette qui avoue des secrets à ses copines en mangeant du pop-corn.
Bon OK, dans la version adulte, c’est plutôt en buvant du mojito (ou tout autre cocktail de tes rêves).

On n’est plus la maman de, la femme de, la chef ou l’employée de.
Et un peu comme l’adage qui veut que « tout ce qui se passe à Vegas reste à Vegas » (d’ailleurs, à quand une version féminine de Very Bad Trip ?), ce qui se dit dans ces soirées, disparaît avec la fin de la soirée.

Mais on en ressort avec une énergie nouvelle, le sourire aux lèvres et l’envie de passer une semaine sans les gosses ! Je plaisante !!
Une chose est sûre, c’est qu’à ce moment précis, on peut ré-endosser sa cape de Wonder, elle sera couronnée d’une petite étoile en plus, celle qui brille dans nos yeux de Super Cacahuète !

A quand la prochaine soirée ?

7 réponses sur “Oh les vilaines !”

  1. Cc mis cacahuète. Je crois pour ma part qu il n y a pas d histoire de lunes mal alignées mais surtout de parents qui pensent qu il faut se faire remarquer et donner une image de parent modèle devant la cours de l école pour obtenir le respect et l admiration des autres parents. Mais soyons honnête cela génère plus l impression inverse. Et puis quand le devant du portail te permet d être habillée pour les saisons suivante ( et bien souvent avec beaucoup de méchanceté, qui à l époque pour ma part été pas méritée), tu t autorises à toi aussi à devenir styliste / relookeur . bref les joies de l école. Disons que tous les petits groupes ne sont pas tous au même niveau de bêtise. Et que l équilibre se fait. Pour les moments parents fous, je pense qu il faut penser que la vie est courte et arrêter de se mettre des barrières car après tout nos enfants nous préfèrent heureux et fous que sur la retenue et malheureux. Aller à nos agendas pour notre soirée pyjama!

    1. Tu as raison ma Noisette, ce n’est pas bien et effectivement on doit accepter d’être à son tour habillé quand on se permet de le faire aux autres.
      Promis je ne recommencerai pas !!!!
      Mais c’est vrai que le comportement de certains donne envie de se lâcher et de les luncher … oups! non non Karma et Noisette, ne me punissez pas ! 😀

      Quand tu veux pour la soirée pyjama !

  2. Oui je te confirme il y a un courant de moquerie devant le portail de l’école, voir même du lycée et là ce sont les enfants présents qui font les frais de nos délires ( enfin surtout ta grande pépite). Mes dérapages doivent se faire sans mes grands car sinon ils me regardent avec des yeux exorbités  » Non ! mais quoi ! Ma mère s’amuse !!!!  » et comme la dernière fois à Disney ils sont 100 mètres devant moi. C’est pas toujours drôle un ado.

    1. 😅 Non c’est pas toujours drôle d’être un ado, mais qu’est-ce que ça fait du bien de pouvoir en rire parfois 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *