Mea Culpa les gars !

Hello ma cacahuète !
Comment tu vas cette semaine ?

Pour moi, ça a été le bureau des plaintes de la part de certains cocohuets !!!

Va falloir se calmer dans les rangs

Qu’on soit bien d’accord : j’adore qu’il y ai des cocohuets qui lisent mes aventures !
Miss Cacahuète ne fait pas de discrimination, et je m’entends aussi bien avec les Vénusiennes que les Martiens.
Mais là « tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice ! »
Oui, désormais, certains cocohuets s’appelleront Maurice ! Tu vas comprendre pourquoi c’est mérité.

Je n’ai rien dis quand Maurice 1er du nom a critiqué ma façon un peu large de me garer devant l’école !
J’avoue, j’aime mon confort quand j’ouvre les portières de ma limousine-porte vélo-transporteur plein de boue. Et alors ?

Je n’ai rien dis non plus quand le couple Maurice 1er du nom et ma Noisette en chef se sont moqués du magnifique lot remporté au « super loto de la mort du sou des écoles c’était le dernier de ma vie ».
N’empêche qu’ils sentaient bons après mes cheveux plein de parabène-déstockage de lots invendus du coiffeur !!
De la pure jalousie !

Mais là ! J’ai reçu le coup de grâce ces deux derniers jours par mes 2 cocohuets les plus fidèles !!!
Comme dirait Camille dans ses tutos (à voir absolument si tu veux retrouver le sourire) : « Je vous aime putain » mais les gars… faut pas non plus pousser mémé dans les orties !

Bon déjà là, je viens de perdre un des deux cocohuets en question, parti dans un fou rire limite hystérique, juste avec le terme « mémé » … en rapport avec mon jeune âge.

Sale gamin de Maurice !
Non mais oh ! Ils vont se calmer les coconuts !

Zeeennn ! Position du lotus et respiration Yogi.
Non ! pas le personnage de dessin animé !


Mais façon Bouddha respirant la quiétude et la tranquillité.
Enfin, essayant en tout cas.
Allez, on souffle un coup, et on reprend calmement.

Cette crise existentielle des cocohuets a commencé suite à la lecture de mes derniers articles traitant du couple et de la suprématie de la cacahuète.
Euh non pardon, de l’égalité entre chacun des 2 êtres aimés…

Oui ben voilà, il est là le malaise !

Est-ce que c’est de ma faute si c’est moi le chef ? Non ! C’est NA-TU-REL !
De là à me faire traiter de dictateur !!! Franchement !
D’abord, est-ce qu’un dictateur ferait des crêpes à son peuple aux membres de sa tribu ?
Non, je ne crois pas ! Alors que moi, si !

Et puis d’abord c’était des gaufres !

Et est-ce qu’une ficannasse se féliciterait du bonheur d’un cocohuet ?
Pour le terme qui chante comme les cigales qui insultent les fourmis, en gros, c’est comme dans l’article sur les vilaines. Puissance dix…mille… Oui plutôt 10 000 !
Voilà, c’est ça une ficannasse : une langue de vipère sous extasie !

N’empêche que… et puis d’abord… et faudrait pas non plus…

Bon OK, la cacahuète est à court d’arguments !
Je m’incline !
J’ai un peu poussé la caricature de l’Ours des plaines de Sicile (si si, les plaines Siciliennes sont géographiquement très reconnues).
Mais c’était pour la bonne cause : faire rire mes cacahuètes !

On a tellement besoin de rire dans ce monde !

Wolverine à la rescousse

Je ne sais pas si tu as remarqué à quel point certaines personnes sont importantes dans notre équilibre de vie.

Bien sûr, il y a pour les plus chanceux, celui ou celle qui partage notre quotidien, nos bonheurs et nos toujours très agréables humeurs de cacahuète.
Mais il y a aussi dans notre entourage proche, des êtres qui sont là, un peu comme une bonne étoile qui brillerait au-dessus de nos têtes.
Un concentré de bienveillance et d’humour.
Toujours prêts à répondre présent pour rire avec nous ou de nous aussi parfois.
Pour nous prêter une épaule sur laquelle se reposer 5 minutes quand la vie est un peu trop compliquée et qu’on a besoin de laisser échapper quelques perles lacrymales en trop.

Tu l’auras compris, je veux parler de ces êtres mutants bizarres, qui partagent un bout de notre folie quotidienne : nos amis.


Pas les collègues de travail qui n’ont droit qu’aux sourires de circonstance et autres histoires perso super filtrées au point de devenir juste assez intéressantes pour remplir les blancs devant la machine à café.
Mais de ces êtres que tu vas appeler pour partager un café ou une raclette (oui la marge est grande) et qui répondront toujours présents.

Enfin sauf les 2 extra-terrestres qui n’aiment pas le fromage.
Oui oui, ça existe !
Mince, on vient de perdre à nouveau un cocohuet accro au fromage…

Mais revenons-en à nos mutants !

De la même façon que dans nos vies pro ou perso, nous sommes à la recherche de la relation qui nous amènera à l’épanouissement, cet équilibre est aussi à trouver dans nos amitiés.
Au-delà du fait que cette relation ne peut pas être parasitaire avec un qui donne et l’autre qui prend, toujours au détriment du même membre du duo, ces amitiés doivent être une source où venir partager et se ressourcer.

Que ce soit par le simple fait de passer du temps ensemble, par l’intelligence des échanges ou au contraires, par le niveau horriblement bas de l’humour de certain(e)s, ces moments sont des bulles de bonheur à saisir.

Ce sont ces moments dont on ressort plein d’une énergie nouvelle et salvatrice dans ce monde qui nous pousse toujours un peu plus loin dans nos retranchements et notre individualisme.

Perso, même si j’adore les débats d’idées (non ce n’est pas vrai ! De toute façon j’ai toujours raison), je préfère les relations qui me font rire.
C’est aussi pour ça que dans mes aventures, je préfère te faire sourire ou rire plutôt que pleurer. Même si je sais que parfois certains articles te malmènent un peu, je le fais toujours avec l’espoir qu’un jour tu en riras.
Parce que le rire est le plus puissant des antidotes aux coups de blues ou autres moment où on baisse les bras.

Aujourd’hui encore, j’ai pu constater à quel point il était important de trouver dans sa vie ces mutants à qui parler de nos petits soucis et de nos grands bonheurs, ces amitiés si essentielles qu’elles nous aident à avancer et à faire briller encore un peu plus notre soleil intérieur.

Alors mes cocohuets, ne vous offusquez pas si lors de prochaines aventures j’écorche encore un peu Monsieur Ours ou certains d’entre vous, ce ne sont que des mots d’amour recouverts d’humour à la sauce cacahuète.

5 réponses sur “Mea Culpa les gars !”

  1. La vraie amitié est une force. Quand elle est à l équilibre qu elle peut être belle limite…. Fraternelle. Normale pour deux fruits secs comme la noisette et la cacahuète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *