Karma ne va pas être content

Hello ma Cacahuète !
Je te reviens en pleine forme, mais je pense qu’après cette aventure j’irai un peu moins bien, parce que je pense que Karma va me faire payer le fait que… je vais me moquer !

Ce matin je discutais avec la Belle R. et nous avons fait le même constat : celui qui tient les poupées vaudous s’est trompé de destinataires !! Ce ne sont pas les bons qui ont chopé ce fichu virus ! ou alors c’était pas la bonne dose…

Tu ne comprends pas ? Je t’explique !

Miroir, miroir, dis moi qui est la plus vilaine ?!

Ben… sur ce coup-là c’est pas moi !
Par contre si on regarde du côté d’une certaine dame, on pourra constater que la jalousie tient chaud l’hiver !
A vouloir être Khalifméro à la place du Khalife, elle avait déjà réussi à faire accuser sa propre fille d’avoir essayé de tuer son père à coup d’ondes positives pas destinées à elle…
C’est compliqué !
Mais bon, passons !
Voilà que ladite dame a décidé que les gens n’étaient pas assez prudents en cette période post pangolin volant, et elle est allée lêcher tous les timbres-poste du quartier elle-même pour être sûr que personne ne contaminerait personne.

Résultat ?
Ce qui devait arriver arriva : patatra ! Elle s’est chopée, non pas du diabète, ça c’était déjà fait, mais bel et bien ce fichu fichier contaminé !
Le problème, c’est qu’elle l’a refilé à son pauvre mari qui n’avait rien demandé, contrairement à ce qu’elle racontait dans tout le quartier. 

Nous voilà bien barrés, tiens !
Sur qui faire retomber la faute ?
Mais là n’est pas la question !
Non !
Le problème c’est qu’elle s’en est sortie et qu’elle est toujours vivante !!!!
Préparant sa prochaine infamie inconsciente, fourrée aux marrons, comme la dinde qu’elle ne pourra pas partager pour Noël !

Et là tu vas me dire que la Cacahuète est définitivement grillée et qu’il ne reste rien de moi.
Alors non, je te rassure, j’écris ce texte sous la haute surveillance de sa propre fille.
Des fois que Karma rate la prochaine plaque de glace pour la faire glisser…
Après si besoin, je connais des spécialistes en coups de pelle !
Parce qu’à un moment donné, il faut abréger les souffrances des bêtes agonisantes.

Même si là pour le coup, celle qui agonise, c’est plutôt la Belle R. sous les attaques même pas acidulées d’un Pikachu sous hormones…

Aïe ! Aïe ! Aïe !
Pas taper ! Pitié Karma, pas taper !

Je me laisse aller à la moquerie facile, mais qui fait du bien, il faut bien se l’avouer.
Pourtant j’avais déjà fait le constat que ceux qui se livraient à la méchanceté gratuite et à la jalousie, avaient une propension naturelle à faire bouillir le sang des autres.
A croire qu’on pourrait se passer de chauffage même en plein hiver.
Ce qui est plutôt problématique quand on espère des plaques de verglas vengeresses…

Oui oui ! Je me souviens de mon article sur le sujet d’il y a 2 ans !
N’y revenons pas !

Pourquoi tant de haine ?

Je me demande tout de même ce qui passe par la tête des gens, pourtant dotés d’une certaine intelligence, pour agir de la sorte ?
A quoi bon créer du mal autour de soi ?
Pourquoi vouloir à tout prix être une victime, et si possible THE VICTIM !
La proie ultime de tous les maux de la Terre.
La plus, la moins, la pire, la mieux…

Pour se faire plaindre ?
Ce n’est pas comme ça qu’on attire la véritable affection des gens !
Pour ne pas s’avouer à eux-mêmes qu’ils sont responsables de leurs malheurs ?
C’est vrai qu’il est plus facile d’accuser les autres…
Pour avoir l’impression de redevenir des petits enfants que mÔman va protéger ?
Oui ben moi je me suis faite défoncer le jour où mes parents ont réalisé que je faisais la victime pour faire punir mon frère, alors hein ! bon ! Y a pas de raison !
Chacun son tour d’abord !

Bon d’accord, j’avais 6 ans et depuis j’ai arrêté !
De toute façon, il est plus grand et plus fort que moi et il maîtrise l’art des Jedi.
“Ma main dans ta gueule tu prendras, quand connerie tu sortiras”

Et là, pas question de crier “Mamaaaannnn! il se sert de sa force sur moi” !
Quoi que… ça pourrait être drôle.

Mais je m’égare !

Revenons-en à nos petits morpions haineux.
De la colère ? Moi ?
Nan !
Bon ok, peut-être un peu.

N’empêche, je me demande à quoi ça sert de vivre en permanence dans ce nuage tout noir accroché au dessus des têtes. Tu sais, comme celui dans les BD.
Tu noteras au passage l’art d’esquiver l’explication sur l’usage des parasites…


J’étais en train d’imaginer si les gens avaient leur humeur accrochée au-dessus d’eux en permanence.
Ce serait un beau bordel dans le ciel déjà, mais ce serait surtout beaucoup plus simple à vivre !
Imagine :“Tiens salut Machin ! oula, non en fait, je vais t’éviter vu les éclairs que tu balances”.

Dessine moi un mouton

On a tous un jour où l’autre, cédé à la colère, jusqu’à souhaiter un ongle incarné à notre pire ennemi.
Si si, c’est cruel ! Crois moi !
Mais tu seras d’accord avec moi pour dire que cela n’a jamais amené au calme ni à la volupté.

A l’inverse, ceux qui ont décidé d’accepter que la colère fasse partie de nous mais qu’elle ne doit pas nous dominer, auront aussi pu remarquer qu’ils ont attiré à eux de belles choses.

Il est tellement facile d’attiser les braises de la haine et de la violence avec une colère aveugle.
Mais lorsque celle-ci retombe, on réalise à quel point ce n’était que du vent et qu’il a détruit sur son passage les plus belles choses qu’on avait pu construire.

Il nous faut alors faire un gros travail sur nous-mêmes pour tout replanter et avoir la patience de voir germer ces nouvelles graines.
Mais il faudra aussi avoir le courage d’affronter le fait que les personnes autour de nous auront sans doute fui.

Cela demande une plus grande intelligence de savoir laisser passer cette colère sans qu’elle n’explose.
Cela demande de réfléchir avec son cœur, avec son âme, pour comprendre qu’elles seraient les répercussions d’une telle tornade qui n’aura même pas laver notre esprit.
Il nous faudra ouvrir des yeux pleins de tendresse et de tolérance envers nous-mêmes pour comprendre que ce sentiment si fort et si envahissant n’émane réellement que de soi et de la corde que l’autre fait vibrer sur les mauvaises longueurs d’ondes.

Tu ne me crois pas ?
Réfléchis bien à la dernière colère que tu as “piqué” : qui te l’a déclenchée ? Ton enfant qui n’écoutait pas ? Ton ex qui te reprochait tout et n’importe quoi ? Ta mère qui critiquait ton œuvre d’art “basket on the table” ?

Réellement, crois- tu que si les reproches de ton ex étaient fondés tu l’aurais pris aussi
mal ?
Et si finalement c’était toi-même qui te faisais ces mêmes reproches ?

Ta mère a-t-elle réellement abusé à te traiter ainsi lorsqu’elle a vu tes baskets au milieu de la table de la salle à manger ? A moins que tu aies eu une flemme absolue de ranger et que tu savais que ça arriverait…

Pour ce qu’il en est de crier sur tes enfants, il ne te reste que l’option collier anti-décibel ou congel’.

Je plaisante ! On se calme !
De toute façon y a plus de place dans le congel’ avec tous les glaçons qui attendent la saison des mojitos…

Et si on essayait d’être indulgent envers soi-même ?
Et si on s’appliquait à soi-même cette bienveillance dont je raffole tant ?

J’entends d’ici le pirate de ma vie me dire “C’est une bonne idée ça ! Tu commences quand ?”
Je dois bien avouer que ce n’est pas toujours facile de se dire qu’on a été son propre maltraitant.
Même si une mère tyrannique et un ex dépourvu de neurones endossent parfaitement ce rôle aussi !

A l’instar du Petit Prince qui demandait qu’on lui dessine un ami, un mouton !
Essayons de nous dessiner ce petit monde dans lequel nous serions en paix avec nous-mêmes.

Pour le reste, faisons confiance à Karma !

La roue finit toujours par tourner et par revenir dans les dents de celui qui a fait du mal !
Et puis au pire, un verre d’eau une nuit d’hiver glaciale et zhiou ! Le tour est joué !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *