Je ne mange pas de graines !

Hello ma Cacahuète !
Oui je sais, ça fait longtemps !!!!
Et certaines sont venues me le faire remarquer gentillement.
Mais pour ma défense, j’ai repris l’écriture de mon livre.
Et puis j’avais mon cheval à nourrir…

Arrête ou je te taze !

Quoi ? Je n’ai pas de cheval ?!
Comme la plupart d’entre nous je suis en presque confinement toute la journée, à cause du micro pangolin qui se propage en chacun plus vite qu’une idée à la con dans une classe de collège.
Si si ! un micro pangolin ! La pauvre petite bête qui n’avait rien demandé…

Mais revenons en à notre sujet du jour.
Pourquoi “presque confinement” ?
Parce que j’ai la chance énorme de pouvoir aller bosser 2h par jour à l’extérieur.
Si si c’est une chance !
Toutes celles qui sont enfermées H24 avec leurs Pépites doivent d’ailleurs m’envier.

Oui je sais, la Cacahuète a un traitement de faveur. Mais c’est Miss Cacahuète après tout !
Et puis honnêtement, être enfermée avec Bella Sara, ça va 5 min !!
Qui est Bella Sara ?
La seule Pépite qui, quand elle ne peut pas faire d’équitation, se prend pour un cheval !
Heureusement, elle se cure les sabots elle-même !

Non mais sérieusement, qui a demandé à ce que mon séjour soit transformé en carrière de saut d’obstacles ?
Et puis je te rappelle qu’on doit limiter les trajets et que celui pour les urgences ne fait pas partie des motifs valables de déplacement.

Chut ! Non ne lui dis pas que les urgences médicales sont autorisées…
Pitié ! Elle mettrait les barres encore plus haut.

En attendant, elle a équipé Lilly la Tigrasse pour qu’elle devienne une pro du CSO à la mode féline…
Il n’y en avait pas assez dans sa chambre en version Playmobil ni dans le séjour en version “je vais finir dans le plâtre”, voilà que ma terrasse ressemble elle aussi à un parcours du combattant…

Et sinon, un mojito, c’est possible ? 

Pire que PacMan !

Je suis d’accord que ce n’est pas méchant et qu’il vaut mieux ça plutôt qu’elle soit devant la télé.
Même si je pense que cette créativité douteuse résulte d’un ennui certain.

En attendant, ma Cacahuète, il faut avouer que cette période de ralentissement forcé n’a pas que des inconvénients.
Alors bien sûr, jouer les profs avec nos Pépites qui se croient en vacances pourrait donner des envies d’évasion à la plupart d’entre nous, à l’exception peut-être d’une Noisette qui peut se tester grandeur nature dans son futur rôle professionnel.

Mais pour nous, il faut tout de même reconnaître que c’est l’occasion de se mettre au vert.
Et je ne parle pas de jardin !
Personnellement, je vais tester pendant quelques jours une retraite technologique.
Une pause des médias sous toutes leurs formes.

Tu vas me demander pourquoi le faire durant cette période où il faut rester informé en permanence ?
Justement parce que nous nous sommes créés une espèce d’urgence absolue à être sans arrêt connectées.
Comme si on ne respirait plus si on ne partageait pas à l’instant T la moindre photo d’un caillou en forme de nuage ou la dernière recette d’un menu ultra méga diététique et bon pour le taux de bétagammalphatrucmuche. 

Au milieu de tous les posts anxiogènes des pseudo experts ayant bac +85 en autarcie et autre jalousie moralisatrice pas si bienveillante, il serait bon de revenir à un certain essentiel de vie, le plus simple qui soit.

Penses-tu vraiment qu’il nous faille avoir le dernier modèle de chaussures autolaçantes pour être intéressante ?
Et si notre vraie valeur refaisait surface et qu’on commence à vivre pour ce qu’on est vraiment ?
Celle qui fait briller notre lumière intérieure, celle qui donne le sourire aux amis.
Et si on s’autorisait à être nous ?!
Enfin et seulement nous.

Sans artifice superficiel.
Attention, je ne te dis pas d’abandonner ta douche quotidienne ni de te recouvrir d’une peau de bête.
Mais juste de laisser tomber cette peur du rejet qui nous enveloppe dans toute relation à l’autre.
Peut-être que si on osait être soi-même, réellement, on se rendrait compte que certaines personnes disparaîtraient de notre entourage, mais pour notre mieux être.

Nous perdons une énergie folle à essayer de plaire à certains alors que soyons honnête, l’inverse n’est pas forcément réciproque.
Notre ego, a besoin d’être rassuré en se disant qu’on plait ! Qu’on est aimé ou populaire.
Mais plus on l’alimente, plus il en demande.

Une espèce de glouton insatiable.
Et lorsque le soir arrive et qu’il s’endort rassasié, on se retrouve bien seule face à soi-même.
Où sont alors nos followers et autres likes ?
Endormis !
Et le silence qui accompagne ce moment est souvent douloureux.

Tendresse illimitée

Imagine que tout cet amour que tu attends des autres, vienne soudainement de toi.
Imagine que la seule personne qui t’accorde cette reconnaissance pour tout ce que tu as fait pour elle, ce soit toi.
Imagine enfin, que le soir, tu t’endormes apaisée parce que tout ce que tu auras fait dans la journée t’aura correspondu.

Il n’y a rien de compliqué à tout ça !
Accorde toi des pauses des autres.
Éteins ton PC ou ta télé, coupe ton téléphone et les réseaux sociaux.
Recentre toi sur tous les éléments qui t’entourent.

Lève les yeux vers le sourire d’un enfant, vers le rayon du soleil qui traverse ta fenêtre.
Regarde à nouveau les couleurs de la vie.
Et ressens cette énergie qui reprend place en toi.

Tu as tout en toi pour être heureuse et apaisée.

Tu constateras sûrement que le monde autour de toi avance à une allure folle.
Une course contre la montre enivrante.
Alors qu’il est si bon de savourer cette douceur ambiante qui a toujours été là naturellement, mais qu’on s’efforce d’aller chercher artificiellement ailleurs.

Dans cette période si particulière, essayons de mettre à profit chaque instant, chaque petite bulle de bonheur même éphémère, pour se reconnecter à notre essentiel.
Allons puiser au plus profond de nous cet amour et cette bienveillance qui nous font tant défaut.

Redonnons une vraie dimension à notre univers et remercions nous d’être toujours là.

Cette prise de conscience est d’autant plus nécessaire que lorsqu’on ouvrira à nouveau les portes d’une vie normale, il serait bon que cette normalité ait pu évoluer vers plus d’humanité et de bienveillance.

Si on pouvait ne pas reprendre tout de suite cette course folle, mais profiter encore de cette bonne énergie.
Bien sûr que nous nous reconnecterons à nos téléphones, mais utilisons les pour s’organiser autrement, avec ceux qui comptent vraiment et partageons de vrais moments.
Faisons durer ce bonheur. Redonnons ses vraies valeurs à notre monde.

Redevenons humains !

PS : cette semaine, pas de VIP, tout le monde profite du bonus !
Et n’hésite pas à partager avec moi en commentaire comment tu vis ce retour à l’essentiel.

5 réponses sur “Je ne mange pas de graines !”

  1. Encore merci. Et oui apprécions le moment pour déconnecter de nos écrans et surtout restons positifs !
    Merci ma cacahuète de soeur.

  2. Très belle prose comme d’habitude , actualité revisitée sous une forme légère ; Retour très sympathique 😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *