Figure libre imposée

Hello ma cacahuète !
Les fêtes sont finies, les décos sont rangées (ou presque) et nous voilà face à l’évidence : l’hiver est bel et bien là.
Non pas de quoi déprimer !
C’est la saison des batailles de boules de neige et des chocolats chauds.
De l’amour en guimauve glacée !

Ça partait pourtant d’un bon sentiment

Si certains comme Papa Ours, sont limite hystériques à l’idée de voir de la neige enfin tomber, d’autres savent modérer leur enthousiasme.
Tout est une question de volonté et de concentration.
Et peut-être aussi de quelques souvenirs moins agréables.

Ça avait pourtant bien commencé : discussion autour de la table familiale sur « quels sports vous faisiez petits ? ».
Papa Ours parle de son enfance dans les montagnes, la patinoire, les descentes des pistes de ski en VTT…. Déjà là j’ai quelques sueurs froides lorsque 2 des pépites s’écrient qu’elles veulent le faire elles aussi au printemps, ouf, la 3ème ne l’envisage pas du tout, une bonne raison de rester au bar d’altitude, avec l’appareil photo et de simples chaussures de rando pour redescendre à pied !
Ben oui, il ne faut pas exagérer non plus, je peux faire la descente à pied !

Le problème c’est que Papa Ours ne s’est pas arrêté à la saison estivale…
Le voilà parlant de neige, de snowboard et d’envie de le faire découvrir aux filles.
Après ça, je ne sais plus exactement quels sont les termes qui ont été utilisés, mes oreilles aillant subitement été attaquées par des acouphènes provoqués par la chute de tension et le malaise qui s’emparaient de moi en comprenant que je devrais les accompagner.

Tu vas me dire : « Mais quel est le problème ? Tu n’aimes pas la neige ? »

Alors, si, j’adore ça… derrière ma fenêtre devant ma cheminée !
Non, le problème, c’est que je suis une ancienne championne non-olympique de figure libre-imposée avec atterrissage en vrac.
Double médaille d’or et de rires !

Tout comme pour ma chute dans la véranda, mon égo se souvient très très bien de cette désagréable sensation de froissage de mon amour propre.
Et encore, ce jour là à mes côtés, ce n’était pas Monsieur Ours et ses acolytes désagréables moqueurs, heureusement, mais Super M, toute jeune à l’époque, à la tolérance et la patience déjà hors norme.
Elle n’a pas osé rire…. Enfin pas devant moi en tout cas.

10 points !

Comment ça « tu veux savoir ce qu’il s’est passé » ???

Bon, si tu insistes, je te décris la scène :
Grenoble, hiver 68, JO enfin organisés en France… non je plaisante ! Je me bonifie mais je ne suis pas non plus encore périmée !
Aïe ! J’entends mes parents crier d’ici !
Bref !

Hiver 2003, alourdie par ma toute récente alliance qui me déséquilibrait au début (si si c’est super important pour l’histoire !), nous voilà avec l’envie de se faire une journée ski et crêpes party avec des copains. 
J’avais sans doute enregistré seulement la 2ème partie de la phrase ou alors l’amour fou pour mon Ours me faisait oublier l’essentiel : je ne sais pas skier !

La Cacahuète a quelques défauts, je le consens.

Mes parents ont pourtant bien essayé quand j’étais enfant, mais non !
Rien n’y a fait : après avoir subi mes pleurs de « je ne veux pas en faire » durant toute la journée, je me suis mise à aimer le ski quand ils ont rendu les locations.
Un vrai bonheur ! Mais pour ma défense, je n’avais que 2 ans !

Mais revenons-en à ma figure acrobatique de haut niveau, parce que je sens bien que c’est ÇA qui t’intéresse vraiment.

Nous voilà donc partis pour une journée extra-trop sympa entre copains.
Les mecs ayant envie de faire un max de descentes dans la journée pour rentabiliser leur forfait, ils décident de ne pas jouer les profs de ski. Après tout, « c’est pas si compliqué tu verras ! ».
OK, qu’à cela ne tienne !
Dans sa gentillesse légendaire, Super M me dit « Moi je reste avec toi ».
Je sais que c’est d’autant plus un sacrifice pour elle, qu’elle est sans doute meilleure skieuse que tous ces Ours plein de testostérone partis tout Schuss sur les pistes rouges !
À moins que ce ne soit pour ne pas les ridiculiser sur les pistes et leur laisser un sentiment de supériorité toute relative…
Oui, je pense que c’est plutôt ça !

Super M m’explique les bases, comment tourner, comment m’arrêter, et nous voilà parties.
Va savoir ce qui s’est passé à ce moment très précis, mais quand en plein milieu de la piste il a fallut tourner, mes jambes n’ont pas suivi l’ordre que leur donnait mon cerveau et j’ai fait un tout droit dans…le bord de la piste pas damé !

S’en est suivi une figure acrobatique digne des plus grands gymnastes !
Sans doute la plus belle et la plus recherchée qui soit : un soleil !
En tout cas, c’est comme ça que je me le suis représenté dans mon esprit à l’imagination embellisseuse.

Il faudrait arrêter de rire maintenant si tu veux pouvoir lire la suite !!!!

Ne me demande pas à quoi ressemblait réellement cette magnifique figure de style libre, je ne le sais pas et je ne veux pas le savoir !
N’empêche que la juge du bord de piste m’a attribué « 10 points ».
Je préfère rester sur cette image quelque peu fausse mais au combien préférable à une quelconque représentation plus réaliste….
Et puis je ne me suis rien cassée, moi !
On verra comment s’en sort Louloulou l’ado rieuse sur ses skis !

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour

Il faut malgré tout se rendre à l’évidence : je vais devoir retourner sur les lieux de ce méfait dans les semaines à venir pour accompagner les pépites dans leur périple skiable.

J’ai bien tenté d’expliquer à Monsieur Ours qu’il serait préférable qu’il parte avec ses 2 acolytes skieurs-moqueurs mais sachant chausser leurs skis, plutôt qu’avec moi, qui allait être plus proche du poids mort que de l’aide tant attendue.

À moins que ce soit pour leur montrer ce qu’il ne faut surtout pas faire, je ne vois pas quel sera mon rôle durant cette journée ?

Simplement être maman ?
OK, mais ça je peux le faire devant un chocolat chaud au bar d’altitude, non ?

Il faut que je les encourage et que je les vois être sur des skis la 1ère fois ?
Oui, l’argument tient la route…
Mais une fois qu’elles auront compris la technique, ce qui devrait arriver en à peu près 10 minutes, on est d’accord qu’elles se lanceront sur des pistes inaccessibles sans skis ?!
Et donc, là, à ce moment très précis, quel sera mon rôle ?

Je t’entends déjà me dire « Être fière d’elles, les féliciter et leur offrir un chocolat chaud à elles aussi ».
Et tu as raison !

Des 1ères fois dans la vie de nos enfants, il y en a des tas lorsqu’ils ont tout à apprendre : se tenir assis, marcher, tomber sans se faire mal, prononcer les Saints Graal « papa » et « maman »…
J’ai assisté avec beaucoup d’émotions aux 1ers pas de danse sur scène de Miss Louloulou.
J’ai adoré les 1ères créations de Cal’ et sa prof’ presque jumelle.
Et c’est aussi pleine de fierté et d’un peu plus d’appréhension que j’accompagne Nana à ses concours équestres.

Alors oui, je serai là pour elles !
Je ne sais pas encore quelle sera mon occupation de la journée, sans doute le dernier ouvrage de Sophie Henrionnet ou de Virginie Grimaldi, histoire de passer un bon moment moi aussi, mais je n’oublierai pas que les stars ce jour-là, ce seront-elles, mes pépites glacées !
Ne le leur répète pas, mais j’ai même hâte de les voir sur des skis. Elles réussiront là où moi je n’ai jamais réussi à dépasser le stades des bosses… sur le front, pas sur les pistes.

Ce sera un moment privilégié entre leur Papa et elles.
Et crois moi, ce sont des moments qui eux aussi se font rares quand nos enfants grandissent.
Ce sera une de ces bulles de bonheur dont j’aime te parler, un souvenir à graver à tout jamais dans nos mémoires.

Et qui sait, peut-être même que je réessayerai de chausser des skis…
Non, je déconne !
Faut pas pousser non plus, je suis une Cacahuète, pas une boule de glace à la vanille !

Comme à chaque fois, n’hésite pas à partager tes expériences du même style ou me laisser un petit commentaire qui sent bon l’arnica en dessous de cet article.

5 réponses sur “Figure libre imposée”

  1. Coucou, Ce serait trop long à te raconter mais imagines un peu. Pas d’assurance forfait car pas envie de skier, pas d’équipement, juste un pantalon KWay rose fushia, une jolie chute et obligée d’être glissée sur des skis pour redescendre par tes potes. Et bien oui la BOULE DE NEIGE qui se créée dans ton dos et dans le haut de ton joli pantalon rose FUSHIA et là tu fais sensation et on te regarde. J’ai donc fini aux urgences, et j’en suis ressortie en MINI-JUPE la seule fois dans ma vie et avec un gros plâtre à la jambe. Allez passes un bon moment avec tes loulous et tu nous raconteras… Vivement les prochaines lectures !

  2. Que de souvenirs de cette journée !!!
    Mais si je me souviens bien, Mister Y non plus ne savait pas skier, vous étiez tous deux en « patinettes »… Et ton ours n’a pas été si lâcheur que ça, puisqu’il expliquait de son côté les bases à son pote… Jusqu’au moment où papa ours et moi avons décidé de nous faire plaisir un peu sur une descente, vous laissant mister Y et toi avec vos fraiches bases sur quelques mètres… Il n’en a pas fallu plus pour te laisser carte blanche pour ta figure libre imposée ! 😛 … Et c’est là que je suis remontée pour ramasser les morceaux de toi !
    … Voilà la verité, toute la vérité… Il fallait bien que je remette un peu d’ordre dans tes souvenirs, naaan mais ho !

    1. Dans mes souvenirs c’était toi avec moi lors de ma magnifique figure…🤔
      Le traule crânien a du être beaucoup plus important que ce qu’on a bien voulu me dire 😜

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *