Extra ball !

Hello ma Cacahuète !
Je me suis tout de même décidée à sortir de chez moi.
Je ne pouvais pas rester indéfiniment enfermée non plus.
Et puis Lilly la tigrasse allait finir par me prendre pour son esclave à la croquette.

Non non, je ne me suis pas trompée en écrivant, c’est bien Lilly la tigrasse, bébé chat en noir et blanc, avec un bout de queue pinceau digne des plus créatives de la maison, et qui a rejoint nos rangs il y a 3 mois.
La demoiselle aimant autant sa gamelle que les chaussettes sales qu’elle planque sous les lits, elle risque vite d’être plus tigrasse que tigresse…

Voilà pour cette courte présentation de la nouvelle recrue de la Team Cacahuète.

Mais en attendant, ce n’était pas ce sujet-là que je voulais aborder avec toi cette semaine.
Non, j’hésitais à me risquer à froisser l’ego de certains Cocohuets…

Quand on a du talent !

… ou pas !
Non, faut pas pousser non plus, je ne vais pas rédiger mes articles en fonction de la susceptibilité de chacun.
Je suis Miss Cacahuète après tout ! Et puis quand je peux en rajouter un peu…
J’avais déjà présenter des excuses à certains dans un précédent opus.
Mais là, rien à voir !

Pour une fois, la Cacahuète est dans son droit le plus légitime à se la péter !
Musique qui va bien, celle de la Cacahuète victorieuse (merci Eminem pour l’emprunt) et je t’explique !

Comme tu l’auras compris, la Cacahuète est en solo depuis quelques temps, et certains ayant de la peine face à ma solitude nouvelle, bien que nécessaire, il m’a été proposé des sorties plutôt sympathiques, dont le bowling !

Alors autant dresser le tableau tout de suite : je ne suis pas douée à ce jeu-là. Ni au billard d’ailleurs (RIP le tapis vert, paix à son âme).
J’ai plus tendance à faire des nids de poules avec les lattes de la piste que des strikes.
Mes souvenirs en la matière se résument à des moqueries et le lever des barrières de la rigole histoire de faire tomber au moins 2 quilles et de ne pas finir « Fanny ».

Et pourtant, je ne sais pas si c’est l’effet « seconde vie » ou celui du zombie servi dans mon verre à chaque fois que j’y joue, mais me voilà en mode victorieuse !
Il faut dire qu’il y avait un enjeu et que les 2 Cocohuets qui sont venus se frotter à moi chacun leur tour, étaient en mode « je vais te laisser gagner petite Cacahuète ».
Arrêtons-nous un instant sur cet état d’esprit « petite chose à épargner ».

Autant vous dire que si j’apprécie la galanterie, je suis pour l’équité la plus totale !
Et là, ce n’était pas le cas, mais alors pas du tout !
Je ne suis pas une petite chose à protéger ! Et mon ego à moi ne l’a pas non plus entendu de cette oreille.

« Je vais te laisser prendre de l’avance » ou pire ! « Je joue mal pour te laisser gagner » !
Non mais oh ! Vous avez fini avec vos excuses bidon ?? Reconnaissez juste que vous jouez mal, c’est tout !
Depuis quand une femme qui s’assume fait-elle peur aux mecs ?
Soyez au moins sportifs et jouez le jeu à fond !
À moins que ce ne soit mon aura incroyable et irrésistible qui ne les ait perturbés.
Et non, je n’ai hypnotisé personne pour y arriver.

Non mais oh !

Bon d’accord, pour l’un des 2, notre seconde soirée bowling a été un peu plus compliquée et j’ai un peu plus galéré…
Mais j’y suis arrivée ! À l’usure je l’ai eu mon Cocohuet d’amour.
Et d’ailleurs, j’attends toujours mon resto pour 2nde victoire soit dit en passant !

On se calme dans les rangs

Comment ça « je me la pète un peu » ? Mais même pas qu’un peu !
Je te l’ai dit : je suis devenue douée juste en dormant.
Tu crois que ça marche pour autre chose ?
Va falloir expérimenter !

Mais qu’est-ce que c’est que ce grondement que j’entends monter au loin ?

On se calme les Cocohuets, Cacahuète 1ère du nom est fairplay.
Oui vous aurez votre revanche !
Et même, je suis prête à relever le défi du Karaoké lancé par l’un de vous 2.

Même pas peur du ridicule !
D’ailleurs, s’il y a des partants, dites-le-moi, on va s’organiser ça tous ensemble.
En attendant, qu’est-ce que vous voulez que je réponde à votre mécontentement ?!
Est-ce de ma faute si je vous ai impressionnés par ma maîtrise absolue du coup de bol ?
Ou si vous avez perdu vos moyens ou préféré danser sur la piste et que j’en ai profité pour prendre l’ascendant sur les scores ?

En tout cas, j’aurais bien ri ces soirs-là.
Et pas parce que je me moquais ! Enfin si, de moi-même aussi.
J’ai été particulièrement mauvaise sur certains lancés !
Et particulièrement adroite sur d’autres pour arriver à passer pile poil entre la quille et la rigole… sans rien toucher au passage !

C’est le genre de soirées qui sont bénéfiques au moral.
Un peu comme les soirées improvisées avec mon extraterrestre porte-bonheur, où le rhum s’évapore comme neige au soleil…
Mais qu’est-ce ça fait du bien de se lâcher un peu.

Le genre de soirée où personne n’attend rien de l’autre si ce n’est de s’amuser.
Et un bon resto en cas de victoire, bien sûr.
Et qu’est-ce qu’il était bon ce 1er resto !! Merci encore mon Cocohuet.

Se réinventer chaque jour

Non je ne me lance pas dans la pub, le slogan est déjà pris en plus.
Mais j’aime cette idée que chaque jour est une page blanche que nous avons à écrire nous-mêmes.
J’aime aussi l’idée que nous pouvons nous entourer de belles personnes et partager des moments ensemble.

Pas la peine de partir loin ou d’attendre beaucoup des autres, il suffit d’une vraie sincérité.
De savoir dire « on se voit ? » quand la personne nous manque.
Inutile d’attendre des autres qu’ils nous apportent tout sur un plateau, nous avons tout en nous pour faire en sorte d’être heureux et que les choses se passent bien.

Évidemment que nos quotidiens sont faits de petits tracas et de mauvaises nouvelles, mais en nous focalisant sur les petites choses sympas qui nous arrivent, le reste passe au second plan.

Quelle est la dernière fois que tu t’es arrêtée pour respirer un parfum ou admirer un paysage ?
Moi je l’ai fait hier matin, sur le chemin du travail. Je me suis arrêtée 2 minutes au bord de la route pour m’émerveiller des nuages qui s’étaient accrochés aux collines aux alentours et qui paressaient au soleil avant de s’évaporer.
Cette ambiance automnale avec ses couleurs flamboyantes m’ont mis du baume au cœur pour toute la matinée.

Ça ne m’a pas empêché de râler quand ma chef m’a refusé mes 3 mois de congés pour Noël !
Comment ça « J’abuse ! ». Oui, bon OK, j’avais demandé 2 semaines et on m’en a refusé la moitié, j’étais en droit de râler un peu !
La Cacahuète ne se refait pas non plus complètement.
Mais il n’empêche qu’en rentrant le soir, j’ai regardé les photos prises le matin-même de ce paysage endormi au soleil, et je me suis instantanément replongée dans une bulle de douceur.

Et bien ces soirées entre amis, ces moments passés avec mes Pistaches ou mes Cocohuets sont de cette envergure !
Je sais que quelle que soit la discussion, qu’elle soit empreinte de rires ou qu’elle soit propice aux confidences parfois douloureuses, ce sont des moments qui nous construisent.
Ce sont ces instants-là dans lesquels on viendra puiser un peu de force et de bonheur quand on en aura besoin.

Et j’aime à croire que chaque jour on peut se lever avec la possibilité de faire de notre journée un moment ensoleillé de notre vie.

J’ai expérimenté il y a peu la vraie pensée positive, celle qui oriente notre ligne de vie.
Un peu comme au volant, lorsque les gestes inconscients suivent le regard qui les guide.
Et bien dans nos vies c’est la même chose : on va vers ce que l’on fixe.
Si on regarde la vie du bon côté, on va indéniablement tendre vers le positif.

À voir la vie en noir on n’attire pas la lumière.
Alors que moi, je veux voir la vie en plein de couleurs différentes !

Une réponse sur “Extra ball !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *