Et un jour tout change

Hello ma cacahuète !

Aujourd’hui, je voulais partager avec toi un texte un peu différent de ceux que j’écris d’habitude.
C’est une lettre ouverte, une lettre d’amour, même si c’est parfois douloureux.

Parce qu’être nous, signifie passer par différentes étapes de la vie, dont certaines que nous traversons sans réaliser que d’autres sont là à nos côtés.
Et parce qu’un jour on réalise !

L’apaisement

J’ai longtemps été une ado écorchée vive mais qui garde tout pour elle.
Une rebelle hypersensible.

Toujours en colère, toujours à chercher la petite bête qui déclenchera la dispute ou la colère de l’autre, parce qu’on ne sait vivre que dans le conflit.

Je ne m’étais jamais mise à la place de ceux qui étaient en face de moi durant tout ce temps : mes parents.

Bien sûr quand je suis devenue maman, j’ai compris énormément de choses.

Et maintenant que mes filles arrivent à cette période si délicate, si particulière qu’est l’adolescence, d’autres choses me semblent encore plus évidentes.

Je me réjouis qu’elles expriment leurs sentiments de façon si virulente.
Au moins ça sort, elles ne gardent pas tout ça en elles.
Surtout ma grande, la plus ancrée dans cette période, elle a l’air de plutôt bien gérer ces extériorisations adolescentes.
Au grand dam de nos oreilles, à nous, ses parents.
Elle aussi un jour comprendra.

Ces derniers années, j’ai vu s’en aller des personnes qui étaient des personnages dans ma vie, des repères, des symboles.

Bien sûr j’ai pleuré.
Bien sûr j’ai pris conscience que la vie est courte ou parfois trop vite écourtée.

Mais cette semaine j’ai réalisé à quel point elle allait être chamboulée dans les années à venir.
Parce que certaines vies allaient arriver au bout de leur chemin, et que cela arriverait de toute façon beaucoup trop tôt à mon goût.

Transgénérationnel

Mais le choc que j’ai eu s’est produit sans prévenir, au détour de son reflet dans un miroir.
Je l’ai vu, si ressemblante à celui avec qui elle s’est battue elle aussi, adolescente. Si ressemblante à celui qui est parti il y a peu.

Sa gestuelle, son regard, tout me ramenait à lui, le patriarche disparu.
Et pourtant c’était elle, sa fille, ma mère, qui était là avec moi.

J’ai instantanément pris du recul pour observer mes parents de loin, le regard empli d’une tendresse différente, nouvelle. Une tendresse plus adulte.

Il forment un couple depuis plus de 46 ans, ils n’ont pas besoin de se parler pour se comprendre et la complicité est toujours là.
Certains mouvements sont plus difficiles pour lui, alors que, elle, porte un regard bienveillant sur tout son petit monde. Comme si elle avait pris la direction de la famille, en silence, naturellement.

Dans mon esprit, ils sont toujours les quarantenaires dynamiques que j’ai toujours connus. Ils ne vieillissent pas.

On leur confie nos enfants comme s’ils avaient notre âge.
On trouve normal qu’ils soient toujours là quand on a besoin d’eux.

Mais dans la réalité, la vie a grisé leurs tempes, et leurs visages sont un peu plus marqués qu’il y a 30 ans.

Je n’aime pas ce terme de vieillesse, car il restreint la vie à peu de chose, alors qu’ils sont plus vivants que jamais.

Il faudrait en inventer un qui soit plus doux, plus tendre.
Qui exprime l’amour et l’expérience d’une vie bien remplie.

Une chose est sûre, je ne veux plus passer de longues périodes sans les voir.
Je veux marcher à leurs côtés et profiter de tous les instants que la vie m’offrira avec eux.

Ma colère a disparu, elle n’a plus lieu d’être.
Je n’ai plus 15 ans, et surtout, je n’ai plus d’énergie à perdre dans des bagarres stériles que j’ai moi-même créées dans mon esprit autrefois tourmenté.

Je veux leur dire à quel point je les remercie de tout ce qu’ils ont fait pour moi, que je les aime.

Et je veux pouvoir le leur dire pendant qu’ils sont encore là à nos côtés.

6 réponses sur “Et un jour tout change”

  1. Coucou cacahuète, « le plein d amour » était le titre de ton pré
    cèdent article, je crois qu il pourrait encore être utilisé ici. Cette ado que tu as été à fait aussi cette belle personne que tu es aujourd’hui ! Bravo à tes parents pour cette petite merveille que tu es. Les parents , c est nul ! C est plus facile de se plaindre que de dire je t aime. Mais on sait tous qu en disant ça on veut dire je t aime mais j ai peur des jugements de mes copains ados. Aimons nos parents car sans eux nous ne serions pas là et ils sont nos piliers, nos forces . ils travaillent cachés mais quel travail!! Vive les parents !! Ma mère ne parle pas de vieillesse mais  » d effet vintage », je trouve ça mignon, je te prête le terme s’il te plaît.

  2. QUE DIRE !
    Nos parents sont notre base, nos racines.
    Je vénérais mon Papa et il est parti beaucoup trop tôt….
    Ma maman a aujourd’hui 78 ans et même si nous ne sommes pas toujours d’accord toutes les deux et oui bientôt encore 50 ans après, je suis fière d’avoir ma maman.
    Miss Cacahuète j’adore te lire. Dans tes lectures on se retrouve toujours un peu mais aussi on te découvre un peu à chaque fois….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *