Effet soufflé retombé. POUF !

Hello ma Cacahuète !
J’avoue que je suis dubitative de ce qu’il m’arrive : mon cerveau est en panne !
Il faut dire que les mêmes personnes qui m’avaient donné des ailes, me les ont coupées en plein vol.
Atterrissage sur le nez garanti !

C’est quand le bonheur ?

Il faut dire, qu’avec mon tempérament de fonceuse, je m’étais investie et projetée dans tous ces projets qui s’offraient à moi, sans même m’arrêter un instant pour me poser la question de la crédibilité du truc.

Un peu comme la jeune fermière de la fable qui met tous ses oeufs dans le même panier en rêvant à sa bonne fortune, pour finalement tout perdre.
Parce qu’en réalité, c’est exactement ce qu’il s’est passé !

Moi qui me faisais une joie de te narrer mes projets tous plus porteurs les uns que les autres, surfant sur mon nuage de plénitude et de réussite.
Me voilà revenue à terre, en mode crevaison de nuage et roulé boulé dans les flaques d’eau.

Mon orgueil en a probablement pris un coup.
Et encore que pas trop…
Mais surtout, je me suis sentie abandonnée sur le bord de la route avec mes idées géniales et mon enthousiasme.
Si si, mes idées étaient forcément géniales !

Tu vas me demander pourquoi tout s’est arrêté.
Parce que toutes les personnes ne sont pas aussi réglos qu’on l’espère.
Et qu’en bonne Cacahuète, beaucoup plus naïve que je ne le pensais, j’ai laissé parler mon coeur.
Ben oui, on ne se refait pas !

Pour autant, tout n’est pas négatif dans cette histoire !
Alors oui, je suis revenue à mon point de départ : plus de projets, plus de rêve d’enfance qui se réalise, plus de vision lointaine d’un certain bonheur pro…
Ou presque !

Pourquoi “ou presque” ?
D’abord, parce que ce n’est pas tout à fait au point de départ que je suis revenue.
Malgré tout, j’ai fait un pas en avant dans la bonne direction.
Ensuite, parce que j’ai la chance d’avoir quand même des personnes de confiance qui m’ont confié leurs bébés, leurs projets pro.
Et enfin et surtout, parce que j’ai appris !

Et ça, ça n’a pas de prix.

Jusqu’à maintenant, je n’arrivais pas à revenir à mon état Cacahuètesque habituel.
Emplie d’une espèce de colère qui ne redescendait pas.
J’en voulais à ces êtres égoïstes et sans coeur de m’avoir tant fait rêver pour finalement me laisser tomber dans un cauchemar sans nom.

Sauf que !

Cavalière de sa vie

Sauf qu’en réalité ce n’était pas après eux qu’était orientée cette colère, mais envers moi-même !
Super M et Mister gRRR aiment me rappeler régulièrement que la colère est la punition que l’on s’inflige pour une faute commise par quelqu’un d’autre.
Mais qu’en est-il quand on a soi-même commis cette erreur ?
Quelle erreur ? Celle de croire en tout ce qu’on nous promet.

Et bien ma Cacahuète, au final, ce n’en était pas une !
D’abord parce que tu as le droit de croire en toi, tout comme j’ai cru en moi.
Ce n’est pas la qualité de mon travail qui a été remise en cause, ni mon enthousiasme ou mon implication.
Non ! Bien au contraire !

C’est le manque de fiabilité de ces seules personnes qui a tout détruit.
Parce qu’au final, les projets en question pourraient toujours être d’actualité.
Sans doute le seront-ils prochainement, même sans moi.
Et pour ma part, d’autres sont déjà en route.

Et c’est là dessus qu’il faut arriver à se concentrer pour laisser cette colère repartir d’où elle vient.
C’est surtout sur tous ces aspects positifs de ta vie qu’il faut garder ton attention.
Tout comme je te le disais dans un précédent article, nous sommes les seuls maîtres à bord de nos dessins de vie.
Nous seuls décidons de la couleur que nous donnons aux choses qui nous arrivent.

Et si certaines périclitent avant même d’avoir réellement commencé, c’est qu’elles ne devaient pas se faire et qu’on a une leçon de vie à en tirer.
Pour ma part, cette aventure m’aura appris qu’il vaut mieux faire plein de petits bonds en avant, qui m’emmèneront loin, plutôt que un seul, trop haut, qui me fera m’assommer à un plafond de verre.

D’autant plus que, prochainement, un tel bond n’en sera qu’un au milieu de tous les autres.
Pourquoi ?
Parce que j’aurai appris à avoir confiance un peu plus en moi et en mes capacités.
Parce que j’aurai appris à ne pas attendre après les autres pour créer mon propre bonheur.
Parce que j’aurai avancé un peu plus sur mon chemin de vie.

Mais d’ici là, il faut savoir reprendre en main nos propres rênes.
Personne ne peut arpenter ces épreuves à notre place.
Et même si on entend les meilleurs conseils qui soient, on ne peut pas en tirer de bénéfice tant qu’on n’a pas soi-même expérimenté tout ça.

Un mal pour un bien

Comme je te le disais ma Cacahuète, pour autant tout ça reste super positif !
Je sais aujourd’hui vers quels types de projets je veux me tourner.
Je sais surtout que j’en suis capable.

J’ai cette chance inouïe de pouvoir tout reprendre à zéro et recommencer.
Et pas n’importe comment : en tenant compte de tout ce que j’aurai appris.
Imagine pouvoir réécrire une page de ta vie !
C’est le rêve de beaucoup d’entre nous.

Tu sais, c’est cette fameuse phrase “si j’avais su…”
Et bien en réalité, il ne tient qu’à nous d’en faire une force pour avancer.
De transformer ce “si” si douloureux, en une nouvelle pierre à notre propre édifice.
Pouvoir cette fois encore choisir si on se construit un mur qui nous bloquera ou un pont qui nous permettra de traverser cette épreuve en étant au dessus des remous, parce qu’on aura su en tirer un bénéfice.

Je ne te dis pas que tout sera facile et que les choses se feront d’elles-mêmes.
Bien au contraire !
Moi je suis restée assise 10 jours sur les bords de la berge à jeter des petits bouts de cailloux dans l’eau.
Tout ça en espérant faire des ricochets !
Avant de comprendre que les seuls rebonds viendraient de moi-même quand je reprendrai ma vie en main.

Et c’est seulement en prenant du recul sur les choses, que j’ai  réalisé que ces petits bouts de moi éparpillés devaient se rassembler sous une autre forme pour me permettre d’avancer à nouveau.
Aujourd’hui je suis de nouveau debout, prête à m’investir dans un prochain projet.
Peut-être même plus sereine qu’avant cette période folle dans laquelle je m’étais lancée.

Et tu sais quoi ma Cacahuète ?
Je suis pleinement heureuse de pouvoir tout recommencer.
Une nouvelle bulle de bonheur à écrire.
La précédente ne s’est pas effacée pour autant, non !
Elle est même bien en évidence, pour me rappeler ce que j’ai appris.
Et surtout pour me rappeler de continuer à être moi-même dans tout ce que je fais !

Parce qu’au final ma Cacahuète, il n’y a que ça qui compte : être heureuse et épanouie !

J’aimerais que toi aussi, tu viennes me raconter à ton tour une expérience qui t’aura servi plus tard dans ta vie.
Une fois où tu t’es dit que finalement, tout ce que tu as vécu ne l’aura pas été pour rien.
À toi de jouer les Cacahuètes écrivaines !

4 réponses sur “Effet soufflé retombé. POUF !”

  1. et ben voilà ma cacahuète tu rebondis!!
    et tu recevra encore, encore et encore des coups pieds au cul de ma part!!
    et des proverbes a la con aussi, pour pousser ton cerveau a réfléchir pour se regonfler en ce que tu dois être!

    petite parenthèse
    Si tu croise Wolfgang merci de lui mettre les mêmes boites que je te mets et de lui rappeler des choses!!! car son coté loup-garou prend trop le dessus par moment
    il doit rentrer dans sa tanière et penser a se détendre et à se poser!!
    il est fatiguant ce garçon!!! il m’épuise par moment
    merci de lui rappeler qui il est! il a le cerveau déconnecté je pense!!!

    sur ces bonnes paroles , continue a avancer!!
    la bière est au frigo chez moi et le rhum dans ton placard pour l’apéro

    prends soin de toi pleins de bisous ma belle cacahuète

  2. Un mal pour un bien c’est le mots courage miss cacahuète et je suis sur que tu aura d’autres projets plus épanouissant et merveilleux que celui qui est tombé à l’eau….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *