Cyan, Magenta, Jaune

Hello ma Cacahuète !
Comment vas-tu au milieu de toutes ces lumières clignotantes façon crise d’épilepsie ?
Je ne sais pas où tu en es dans tes cadeaux et leurs paquets hauts en couleur, mais moi cette année, j’ai réussi à tout boucler avant même la mi-décembre.
Victoire personnelle !

Et sinon, quoi de neuf ?

Je suis bien embêtée ma Cacahuète !
Moi qui aime commencer mes aventures par une note d’humour, cette semaine c’est le calme plat.
Mais quand je dis plat, c’est plat… totalement plat !

Tu sais, un peu comme quand tu te lèves le matin et que tu découvres un paysage tout blanc de neige.
Tous les bruits sont atténués, tout est silencieux.
Comme si la nature t’invitait à rester en mode « sourdine » pour ne pas perturber la magnificence du paysage qu’elle t’offre.

Et bien aujourd’hui, je suis au même point que nos jardins à qui on aurait offert l’occasion de tout recréer.
Même si, je te l’accorde, lorsque le thermomètre est proche de zéro, on a plus envie de rester au chaud sous la couette que d’aller colorier la neige.
Mais j’aime bien l’idée de cette page blanche où tout est possible.

Surtout quand on sait que ce qui se trouve en dessous n’a pas disparu, bien au contraire, tout est là, préservé, attendant de savoir ce que nous ferons de cette nouvelle espérance qui s’offre à nous.
Il ne tient qu’à nous d’écrire une nouvelle page dans notre livre de vie.

À la différence près, c’est que cette page ne s’effacera pas lorsque le bonhomme de neige finira fondu ou choisira d’aller boire un vin chaud avec ses semblables des jardins avoisinants !

Toujours est-il, qu’après de longues semaines à mener de front une vie multicartes qui m’a amenée à une ubiquité pas toujours gérable, je me retrouve enfin rassemblée avec moi-même.
Alors là, j’en entends déjà certains qui vont me dire qu’étant plusieurs dans ma tête de Cacahuète en folie, c’est sans doute impossible d’être réellement réunie.
Mais je préfère ne pas écouter ces mauvaises langues amicales.
Si si, c’est possible, mauvaises et amicales !

Les amis étant souvent les plus à même de nous dire quelques vérités bien senties mais tellement bénéfiques lorsqu’elles sont dites avec bienveillance.
C’est d’ailleurs pour cela que je ne parle pas de me retrouver seule face à moi-même, parce qu’on est rarement seule en réalité.

Et c’est ce qui fait la force de cette page blanche !
Car si on ne sait pas ce qui ressortira du dessin de vie qu’on tracera, on sait quelles sont les forces sur lesquelles on peut s’appuyer pour avancer.

Réveiller le Michelangelo qui sommeille en toi

Alors bien sûr, ce ne sont pas les amis ni la famille qui prendront les commandes des pinceaux.
Toi seule guidera le trait de cette voie, telle une Leonardo, en Maestria de ta propre vie.
Je ne te cacherais pas que je vois de là les Pépites, tapies dans l’ombre, prêtes à mettre des couleurs sur cette page trop blanche !

Mais je sais aussi que lorsque je me demanderai si j’ai la ressource en moi pour écrire cette nouvelle page, ce sont bien mes Cacahuètes et mes Cocohuets qui seront là pour me botter les fesses en me disant d’arrêter de douter.

À croire que nous avons toujours plus confiance en la capacité d’autrui qu’en soi-même !
Il est tellement plus facile de voir ce dont les autres autour de nous sont capables, de les encourager et de les inciter au meilleur, alors que lorsqu’il s’agit de nous-même, nous devenons aveugles et perdons toute notre lucidité.

Et c’est ce qui fait notre force !
Non, pas le manque de confiance en soi, non !
Lui aurait plutôt tendance à répondre en écho inverse à notre ego blessé sans cesse à la recherche de preuves d’amour.
Mais bel et bien ces piliers de vie qui nous supportent dans l’ombre au quotidien.
Ceux sans qui nos vies auraient une saveur beaucoup plus fade.
Voire même carrément insipide après avoir goûté aux petits plats mijotés à la sauce Tandouri de certains Cocohuets !

Tu vas me dire, que douée comme tu es, ton tableau de vie ressemblera plus à un Picasso tout de travers qu’à la Joconde.
Alors déjà, laisse-moi te dire que la Joconde n’est pas une référence en matière de réussite de vie !
Non ! Je suis désolée, mais se retrouver bloquée dans un musée, obligée de sourire à des millions de touristes jour après jour, ce n’est pas une réussite !
Surtout quand au final, on ne sait pas vraiment qui elle est et que la plupart ne viennent pas l’admirer mais juste pour se prendre en « selfie » devant elle, comme si c’était une étape obligatoire à valider dans un Escape Game de vie dont ils ne comprendraient pas les bases…

De l’impressionnisme ou du cubisme ?

Et puis, si ton tableau de vie ressemble plus à un puzzle mal agencé qu’à un Rembrandt, c’est peut-être simplement parce que tu n’as pas encore en main toutes les pièces nécessaires.
Peut-être as-tu encore des choses à comprendre, à apprendre.
Peut-être as-tu aussi simplement besoin de plus de temps pour voir ce qui tu as dessiné.
Et pour cela, il te faudra prendre le recul nécessaire pour voir les choses dans leur ensemble.

L’Homme au foulard rouge

Et tu sais ce dont je suis sûre ? C’est que dans cette page que tu écris, il y aura le visage de tous ceux qui sont là à tes côtés et qui te rendent ce que tu leur donnes.
Cette bienveillance, cet Amour, cette présence.
Cette nouvelle page ne sera qu’une preuve de plus qu’on ne se construit jamais seule, et que même si personne ne peut vivre notre vie à notre place, nous avançons à plusieurs sur ce chemin de vie partagée.

À nous de ne pas oublier de rendre en retour ce que les autres nous aurons donné, au moment où une autre Cacahuète en aura besoin.
Notre âme en ressortira non seulement grandie, mais en plus, sans s’en rendre compte, nous aurons participé à rallumer cette lumière intérieure chez quelqu’un qui avait arrêté d’y croire et d’espérer.

Par petite touches, nous contribuerons à apporter de la couleur à ce tableau global.
Mais pour cela, il faut oser regarder ce vers quoi on veut aller et saisir cette plume qui nous est offerte pour écrire cette vie qui est la nôtre.
Rien ne se passera si on reste dans son coin à attendre que tout nous parvienne sans effort.
En tout cas, ce ne sera pas ce que nous aurons espéré jusque-là.

Je ne te dis pas que ce sera facile tous les jours, loin de là !
Souvent tu tomberas, mais chaque fois que tu te relèveras tu constateras que tu auras encore avancé ou appris.
Au final, que tu donnes dans le surréalisme assumé comme Dali ou que tu préfères avancer par petites touches à la façon de Monet, si tu mènes ta vie avec ton cœur, le tableau qui en ressortira sera le reflet de ton âme et de ce que tu auras partagé dans ta vie.

Moi, je choisis d’y mettre des couleurs et de l’Amour.
Je choisis qu’il soit plein de sérénité et d’espoir et surtout, je choisis de le vivre !!
Alors ma Cacahuète, prête à en dépeindre avec les 3 couleurs primaires ?

5 réponses sur “Cyan, Magenta, Jaune”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *