C’est pas moi la mère !

Hello ma Cacahuète !
Pas trop repue de tous ces mets somptueux avalés en 2 jours ?
J’avoue que je suis restée très soft parce que je n’ai pas encore fait tous les repas de Noël de l’année…
Je pense que je vais finir telle une noix de Macadamia : toute ronde !

C’est toujours mieux dans l’assiette des autres

Je dois t’avouer ma Cacahuète, que j’appréhendais un peu ce 1er Noël sans mes Pépites.
Même si au final l’arrachage des rubans se fera avec seulement 2 jours de décalage, mais quand même…
Pour autant, je ne suis restée seule dans mon coin, sans la présence de Pépites en folie, sauf que là c’était celles des autres.
Et autant te dire, que pour le coup, ça a une saveur différente.
Un vrai régal !

Tu ne vois pas de quoi je veux te parler ?
Alors imagine que les enfants surexcités qui réclament l’ouverture des cadeaux avant même que la dinde n’ait fini de cuire, ne soient pas les tiens ?!
Imagine que ce n’est pas toi qui aies à dire et redire et reredire “mange pas trop à l’apéro, y a encore tout un repas après” ou “vas jouer un peu plus loin stp” ou le fameux “mais baisse le son !”

Non, cette année, j’avais le beau rôle de la Cacahuète en mode Tatie, de sang ou de coeur.
Un peu à l’image de Super S qui a appris il y a quelques années à Louloulou l’ado que “c’est toujours meilleur quand tu piques dans l’assiette du voisin”, j’avoue que je m’en suis amusée.
Ce que j’ai fait ? Rien de méchant !
J’ai juste inventé une fonction imaginaire sur une enceinte bluetooth, histoire d’occuper durant un bon moment une Pépite un peu trop rebelle.

Ça a tellement bien marché, que 2h après mon départ, mon Cocohuet m’envoyait un message pour me dire que sa Pépite cherchait toujours comment faire sauter ce fichu contrôle parental dont visiblement l’idée même que ça puisse exister lui gâchait la vie…
Vengeance de parent par procuration !

Oui c’est très soft, je te l’accorde.
Mais en même temps, à voir la tête des Cacahuètes et Cocohuets présents autour des différentes tables de fêtes, j’avoue que je n’ai pas voulu trop en rajouter.
Surtout lorsqu’on sent arriver l’énervement de la répétition du “attends je parle” alors que le Petit Prince aux yeux bleus se délecte de la bonne blague qu’il vient de faire à Mamie Arachide.
Il était trop fier de lui, ses parents visiblement un peu moins.

De là à me dire que finalement c’est pas mal aussi d’être sans personne à surveiller… non je n’irai pas jusque là.
Mais cela m’a amenée à porter un autre regard sur ceux qui m’entourent, et sur ma façon de réagir avec mes Pépites.
Avant que des cris de joie ne retentissent depuis l’autre côté de la frontière parentale, je tiens à préciser que, non, je ne vais pas les laisser se coucher à point d’heure, ni manger toutes les papillottes restantes en une seule fois, histoire de rattraper le temps perdu…

Hé oui ! Mes Pépites nous lisent et elles s’en régalent, alors je remets les pendules à l’heure avant tout débordement !
Personne ne finira assise sur la table pour une partie de petits chevaux ! Encore que…
Excuse cet aparté destiné à un Cocohuet en particulier, mais je suis sûre que tu peux le transposer chez toi aussi.

Child Power

Comment ça “chez toi ça n’arriverait pas” ?
Tu es bien sûre et certaine de toi ma Cacahuète ?
Jamais ta Pépite ne s’est glissé dans ton lit en pleine nuit ? Pour finir par faire du cheval à califourchon sur toi…. Outch ! Moi je m’en souviens de celle là !
Jamais tu n’as ri à une bêtise alors que tu savais qu’il fallait faire les gros yeux et prendre ta grosse voix de Cacahuète pas contente du tout du tout ?
Jamais une de tes Pépites n’a englouti une sucrerie en te regardant droit dans les yeux alors que tu l’implorais de ne pas le faire à moins d’1/4h du repas ?
Jamais ?? Tu es bien sûre ?!

Je te laisse réfléchir un instant…
(musique d’attente des ascenceurs…)

Voilà ! Tu y es !
Étage “culpabilité parentale” !
Elles sont fortes ces Pépites !

N’empêche que là où chez les autres on trouve cela horripilant, limite à vouloir corriger le tir en mode “non ce ne sont pas les miens j’ai pas le droit”, chez toi, la petite dernière te fait fondre juste en te faisant ses yeux de peluche au coeur tendre ou en te lançant un “ma mamounette d’amour”.

Et voilà comment on leur laisse le pouvoir !
Ils sont trop forts nos Monstros !
Pardon, nos Pépites !
Des maîtres de la manipulation parentale par culpabilité inversée.

Ben oui, en temps normal, c’est à nous les parents de leur faire peur et de les envoyer dans leurs chambres pour avoir la paix le temps de finir la boîte de chocolats.
Alors que là, les Pépites se retrouvent dans le canapé, sous la couette avec un chocolat chaud et des crêpes faites par nos bons soins juste pour… avoir la paix aussi.

Non mais là, il va falloir nous ressaisir ma Cacahuète !
Retrouvons les clés de la cave de Super S et enfermons nous tous dedans.
Euh non, enfermons les toutes dedans.
Mais oui ! Organisons leur un Escape Game.
Enfin là pour le coup je te laisse faire, parce que si je suis aussi douée pour le créer que pour en sortir, les araignées vont bien se marrer !

Copier Coller

À force d’échanger avec les Cacahuètes et Cocohuets qui m’entourent, j’ai fini par comprendre qu’en réalité, on est tous les mêmes.
Nous, parents de cette génération de Pépites, nous en sortirons-nous vivants ?

Si j’en crois Laura Laune dans son spectacle, tout vient de l’éducation reçue.
Et si tu te rappelles d’un de mes tous 1ers articles, la responsabilité pourrait bien être endossée par les grands-parents.
Si, si ! Si on s’y met tous, ça devrait pouvoir passer…

En tout cas moi, je me verrais bien en observatrice discrète de ces moments partagés entre mes Arachides et mes Pépites.
Je me ferais toute petite dans un coin pour observer les regards, les fous rires et tout ce qui créera dans le coeur des uns et des autres, ce souvenir qui les accompagnera durant de longues années.

J’y trouverai peut être aussi l’inspiration de celle que je voudrais être plus tard, cette Mamie’Cahuète à part, avec ce grain de folie qui n’est autorisé qu’à ce haut rang familial.
Une autre transmission non génétique mais tellement riche en émotion de vie.
Un peu comme le Petit Prince aux yeux bleus qui doit encore rire d’avoir réussi à duper sa Mamie Arachide.

Finalement cette tendresse transgénérationnelle est belle et bien là !
D’aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours vu une grand-mère chahuter avec ses petits-enfants, en cachette des parents.
Ou des cousins/cousines comploter contre Papy qui s’affaire en cuisine pour lui faire peur pendant qu’il a le couteau à huîtres dans les mains.
À leurs risques et périls sur la suite de la mission si Papy rate l’ouverture du mollusque !

Et même arrivés à l’âge adulte, j’ai pu observer un frère et une soeur retrouvant leur complicité pour faire rager un peu leur Arachide préférée.
Dans tous les cas, ce sont des souvenirs puissants qui se sont créés, de ceux qui viennent recharger les batteries et redonner le sourire, malgré les absents.

En attendant, je vais pouvoir sortir de leur cachette les rubans et les paquets destinés à mes Pépites.
Et je les observerai ouvrant leurs cadeaux avec d’autant plus d’amour dans les yeux, qu’elles m’auront manqué !
Et promis, le 1er “baissez le son” sera crié avec amour !

8 réponses sur “C’est pas moi la mère !”

  1. Miss Cacahuète
    Alors n’ayant pas regarder mes mails avant je viens de découvrir ce magnifique article.
    Comme d’habitude je m’y retrouve et celui là est plein de tendresse.
    Tu sais vraiment dire les choses .
    Continue sur 2020 je serai ta première lectrice
    Belle R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *