Bis Repetitaïe !

…et toujours pas de carte de fidélité !

Hello ma Cacahuète !
Tu l’auras compris, je vais te reparler des aventures douloureuses de certains de nos ados…

Partager nos peines

Ce matin, j’ai eu le bonheur d’avoir un nouvel appel du collège de Miss Louloulou l’ado.
Non, aucun virus hivernal n’est venu l’embêter en pleine journée de cours.
Mais plutôt une chute…
Et même pas due aux plaques de verglas qui ont fleuri ici depuis quelques jours.

Me voilà donc en possession d’une ado à nouveau toute abîmée.
Après la cheville, le poignet et le doigt dont je te parlais dans un précédent article, la voici avec un genou tout gonflé et bien ouvert.

À ton avis, à force de présenter de nouvelles blessures chaque mois, à la cote Argus, combien aura-t-elle perdue avec toutes ces cicatrices ?

Ce qu’il s’est passé ? Rien de spécial !
Si ce n’est une journée qui avait mal commencé avec un bus bloqué sur la route par un camion de beurre renversé dans la neige, une arrivée en retard au collège, des ados qui courent pour rattraper le temps et la seule qui tombe, la mienne !

Sûrement des représailles cosmiques pour se venger de m’avoir sauvagement attaqué hier soir sur le canapé !

Bon, ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas la seule à vivre ce genre de situation qui nous font hésiter entre rires et inquiétudes.
La belle R. a elle aussi eu droit à son lot de blessure idiote de la part de la version masculine de son ado à elle.
Un accident presque aussi bête que la boule de pétanque de Miss Louloulou, mais en version solo !

Imagine un ado, dans tous ses excès et avec le cerveau sur off, qui tente d’enfiler son bas de pyjama, voit que ça bloque et continue quand même à forcer… ben oui, des fois que le tissu réfléchisse à sa place et règle le problème lui-même, on ne sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher !

Sauf que, dans cette histoire il y a un paramètre sournois qu’on ignore trop souvent, nous parents expérimentés : le carrelage qui se jette sur nous à la moindre occasion !

Et bien là, c’est ce qu’il s’est passé !
Lorsque la jambe du pyjama s’est enfin décidée à comprendre que c’était à elle de céder, et que le gros orteil s’est présenté à la sortie du dit pyjama, le carrelage s’est jeté sur lui pour le mordre !
Résultat : orteil cassé !

Carrelage 1 – orteil 0 !

On n’en parle pas assez souvent dans les journaux, mais c’est un vrai problème de société que ces attaques incessantes de sols en tous genres !
Parce qu’à mon avis, aujourd’hui, pour ma Louloulou, ce fut pareil ! Elle a dû être sauvagement attaquée par un sol un peu trop véhément !

À moins que ce ne soit un complot des fabricants de béquilles… on ne sait pas ! on ne sait plus !

Cruelle ? moi, une mère cruelle ?
Non, juste un peu moqueuse…

Tout le monde en position du Lotus

Forcément, pour ceux qui le vivent c’est plus douloureux que drôle, et encore que mon ado ri des mésaventures de son congénère !

Mais comment faire pour que cette malchance qui s’acharne sur les articulations de ma grande, s’arrête enfin ?
L’enterrer ? Oui, c’est une solution, mais je l’aime quand même ! Je ne l’ai pas élevée depuis bientôt 14 ans pour m’en séparer comme ça.
Et puis, qui me ferait péter un plomb tous les 2 jours ? Qui me pousserait dans mes retranchements en se moquant ? Qui me donnerait autant d’amour avec un simple regard quand notre guéguerre s’apaise et que les câlins sont de mise ?

Par contre, je veux bien tenter les incantations et autre fumigations à la sauge dans toute la maison !
Mais vu que l’ado s’enfuit dès que j’allume les feuilles destinées à la purifier, je ne voudrais pas risquer un autre accident !
Surtout que là, j’en serais responsable, et ça, ce n’est pas envisageable pour mon petit cœur de mamounette !

Il reste toujours l’option yoga.
Tu vas me dire : « quel rapport ? »
Celui de prendre conscience de son corps, de ses limites, d’être à l’écoute de soi-même et des messages qui nous sont envoyés par tout notre être.
Cela permet aussi de se poser, et de prendre le temps de faire les choses calmement, de les appréhender sans stress, sans vouloir courir après tout et tout le monde.

D’accepter ce qu’il nous arrive et de ne pas chercher à tout contrôler.
C’est un précepte que l’on peut tous mettre en application dans notre vie quotidienne.

Calmer le jeu, apprécier ce que la vie met sur notre route.
Du simple chant d’un oiseau à un café improvisé ou une rencontre qui embellira notre journée d’un simple sourire.

Bref ! Prendre le temps de vivre !

Rien qu’en posant là ces mots pour toi, je sens le rythme fou de la vie qui ralentit pour reprendre un cours normal, plus calme.

Alors on se concentre sur sa respiration, on ferme les yeux en expirant, et on revient à une vie plus sereine.
Cela n’enlèvera rien à la douleur d’un genou gravement blessé par un petit caillou, mais ça permet d’appréhender les cris qui l’accompagnent de façon beaucoup plus zen…

Et puis, il y a toujours pire que nous, je n’imagine pas la vie actuelle de la Belle R. et de son mâle hautement handicapé !

2 réponses sur “Bis Repetitaïe !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *